De l'extérieur, la structure moderne de la demeure interpelle par sa simplicité et sa sobriété. On se trouve ici dans un lotissement où les maisons doivent non seulement respecter une hauteur de corniche de six mètres mais aussi être surmontées d'une toiture en bâtière, ce que les maîtres d'ouvrage ne désiraient pas. Pour résoudre ce problème, l'architecte a conçu la maison comme un cube, une " boîte à chaussures sur socle ", en plaçant une portion de toiture en bâtière à hauteur de l'escalier, sur une largeur d'environ...

De l'extérieur, la structure moderne de la demeure interpelle par sa simplicité et sa sobriété. On se trouve ici dans un lotissement où les maisons doivent non seulement respecter une hauteur de corniche de six mètres mais aussi être surmontées d'une toiture en bâtière, ce que les maîtres d'ouvrage ne désiraient pas. Pour résoudre ce problème, l'architecte a conçu la maison comme un cube, une " boîte à chaussures sur socle ", en plaçant une portion de toiture en bâtière à hauteur de l'escalier, sur une largeur d'environ un mètre. Le cube fait une saillie d'environ 30 cm en avant par rapport au socle, ce qui confère une esthétique plus osée mais néanmoins très réussie à la bâtisse. Le concept du cube est également mis en valeur par le choix des matériaux : non pas la brique classique mais des tôles ondulées en aluminium. " Le résultat est quelque peu industriel, sobre et épuré, exactement ce que nous avions envisagé, confirme Gerald, le propriétaire. Quoi qu'il en soit, c'est moins banal que la plupart des autres maisons... "Le socle de la maison (tout le rez-de-chaussée) ainsi que le muret de la terrasse au premier étage sont montés en briques noires, ce qui produit un joli contraste au niveau des matériaux. En raison de l'orientation favorable, et du besoin d'intimité, les séjours ont été développés au premier étage. Le rez-de-chaussée, consacré au spacieux garage, abrite aussi une chambre à coucher avec salle de bains et dressing, sans oublier le débarras. Un agencement que l'on pourrait en fait comparer à celui d'un bel étage. " Il s'agit d'une formule d'habitation que nous n'avons jamais regretté depuis, assure Gerald. Nous passons le plus clair de notre temps au premier étage. On y cuisine, on y reçoit les amis. Dormir, c'est en bas, au niveau du garage." Le rez-de-chaussée développe également une structure ouverte. La chambre à coucher, la salle de bains et le dressing forment un seul grand espace qui communique sans porte intérieure avec l'espace garage polyvalent. Si la maison n'a pas l'allure d'un véritable loft, la sensation y règne malgré tout. On y ressent une belle spatialité et toute la super-ficie habitable disponible (219 m2) a été exploitée au maximum. Cette spatialité est également présente au deuxième étage. Aménagé en espace de loisirs, il forme une grande pièce traversant la maison. Les invités peuvent même y rester loger confortablement grâce à l'aménagement d'un espace de douche. Découvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais Construire d'octobre en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.be Dirk De Mesmaeker