" Je ne serais pas arrivée là s'il n'y avait eu ce rire tonitruant de ma maman [...] qui révélait une joie invincible ", confie l'ancienne ministre française de la Justice Christiane Taubira. Prolongeant une formule inaugurée chez son employeur Le Monde, Annick Cojean a mené, avec ...

" Je ne serais pas arrivée là s'il n'y avait eu ce rire tonitruant de ma maman [...] qui révélait une joie invincible ", confie l'ancienne ministre française de la Justice Christiane Taubira. Prolongeant une formule inaugurée chez son employeur Le Monde, Annick Cojean a mené, avec 27 femmes, des entretiens lancés par l'invitation " Je ne serais pas arrivée là si... " et rassemblés dans un livre au titre éponyme (Grasset, 320 p.). Est ainsi dressée l'histoire de la condition féminine du patriarcat dominateur des années 1950 à ce que beaucoup considèrent comme la révolution du phénomène #MeToo. Car parmi ces femmes célèbres, six évoquent avoir subi qui une agression sexuelle, qui un viol ou un inceste et la plupart témoignent en tout cas de discriminations. Pour la majorité, le moteur de leur détermination est une maman, un père, des parents inspirants ; pour les autres, une rencontre, l'initiation à un art, une aptitude particulière, un accident de la vie... Annick Cojean ambitionne de révéler " l'énergie d'un cheminement " dans un parcours de femmes qui demeure une course d'obstacles. Le pari est réussi et le résultat, source d'optimisme. Car, comme l'assure Eve Ensler, l'auteure des Monologues du vagin, " si cette planète déglinguée parvient à survivre, c'est grâce à toutes ces femmes que leur expérience de la souffrance rend formidablement tenaces et autorise à être révolutionnaires ".