In Their Shoes " est une excellente initiative, estime Daniel De Bast. Elle permet en effet de faire connaître des maladies qui restent largement taboues. " La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique se manifestent souvent à un âge précoce, entre 15 et 30 ans - au moment...

In Their Shoes " est une excellente initiative, estime Daniel De Bast. Elle permet en effet de faire connaître des maladies qui restent largement taboues. " La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique se manifestent souvent à un âge précoce, entre 15 et 30 ans - au moment où les jeunes sont en plein dans leurs études, font leurs premiers pas dans la vie professionnelle ou pensent à fonder une famille. Les désagréments que provoquent les MICI sont non seulement très pénibles, mais aussi extrêmement gênants. Ce n'est pas le genre de chose qu'on crie sur les toits. S'ajoute à cela un avenir toujours incertain, car l'évolution de la maladie est imprévisible et très variable. " Communiquer à propos des MICI est hautement souhaitable mais loin d'être évident, parce qu'il est question de selles et de diarrhée. " Les patients MICI ne sont pas obligés d'en parler à leur employeur, souligne Daniel De Bast. Personnellement, il me semble néanmoins plus honnête de jouer la transparence, d'autant que l'employeur acceptera sans doute plus facilement que vous deviez de temps en temps prendre congé. " La généralisation du télétravail sous l'effet de la crise du coronavirus présente de réels avantages pour les patients MICI, dont certains doivent se rendre aux toilettes de 15 à 20 fois par jour. " Or quand on travaille de chez soi, on a toujours des toilettes à proximité. www.mici.be