Le tourisme " rouge " en Chine

Après les commémorations de la chute du mur de Berlin en 2009, voici que la Chine explore en 2010 les années Mao (1.). Tourisme morbide ou nostalgique ? Difficile d'ignorer que d'un côté comme de l'autre, des êtres humains sont morts au nom d'une idéologieà Et pourtant, la visite de la ville natale du leader totalitaire, Shaoshan, dans la province du Hunan, n'a jamais connu autant de visiteurs : 3,6 millions en 2008, dont bien sûr une majorité de Chinois mais aussi nombre d'étrangers. Pour 2010, le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil d'Etat ont lancé conjointement " un programme de développement du tourisme rouge " prévoyant la mise en valeur de 100 sites ouverts au public e...

Après les commémorations de la chute du mur de Berlin en 2009, voici que la Chine explore en 2010 les années Mao (1.). Tourisme morbide ou nostalgique ? Difficile d'ignorer que d'un côté comme de l'autre, des êtres humains sont morts au nom d'une idéologieà Et pourtant, la visite de la ville natale du leader totalitaire, Shaoshan, dans la province du Hunan, n'a jamais connu autant de visiteurs : 3,6 millions en 2008, dont bien sûr une majorité de Chinois mais aussi nombre d'étrangers. Pour 2010, le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil d'Etat ont lancé conjointement " un programme de développement du tourisme rouge " prévoyant la mise en valeur de 100 sites ouverts au public en 2010. Esprit critique s'abstenir. En France, la cote maximale de " 4-étoiles de luxe " était la norme des palaces. Une loi du 1er janvier 2009, et qui sera effective en 2010, impose désormais de nouveaux critères visant à améliorer la qualité des services et des infrastructures. De quoi pouvoir aligner les palaces français sur ceux des autres pays. A ce jour, une quarantaine d'hôtels possèdent le label 5-étoiles (5. le Fouquet's Barrière à Paris). Le but : inciter une clientèle étrangère et fortunée à visiter l'Hexagone en toute confiance quant au confort de son parc hôtelier de luxe. Pour vivre heureux, vivons cachés : telle est la nouvelle devise des voyageurs fortunés rêvant de s'isoler tout en évitant les petits soucis du quotidien. Exemple ? L'hôtel 5-étoiles Les Airelles à Courchevel (4.) met à disposition un chalet de 1 000 m2 comprenant 9 chambres, un spa, une piscine, une salle de cinéma et une salle de jeuxà avec en complément un service hôtelier. Prix de cette folie : de 80 000 à 140 000 euros la semaine de 7 nuits.Le tourisme à la ferme connaît un joli succès. En France, dans de beaux espaces naturels, le tour-opérateur Un Lit au pré® propose aux amateurs de partager la vie des fermiers en logeant dans une tente particulièrement bien étudiée avec lits superposés, lampes à pétrole et bougies, poêle à bois et chambre pour les parents (2.). Ce calme et cette sérénité sont affichés à 415 euros pour une semaine dans une tente pouvant accueillir 6 personnes maximum. Pas belle la vie à la campagne ? Tél . : + 33 1 41 31 08 00. www.litaupre.frCet hiver, et toujours à Courchevel, le hameau du Freney propose deux chalets de 130 m2 bénéficiant d'un haut rendement énergétique. Le principe ? Un hameau interdit aux voitures, une construction entièrement en bois provenant de forêts certifiées, un triple vitrage argon pour une isolation thermique optimale, l'utilisation de matériaux locaux pour éviter les coûts de transport, de la pierre naturelle, des ampoules led ou encore des mousseurs, plus économes en eau, en lieu et place de robinets traditionnels. Deux autres châlets présentant les mêmes caractéristiques seront, eux, disponibles en 2011. " Pour 90 % de l'hôtellerie de luxe, la présence d'un spa (3.) est devenue un critère de choix ", affirme Roland Buffet, commissaire général du mondial Spa et beauté, un salon professionnel qui se tient chaque année à Paris. Même son de cloche au Club Med où l'on n'envisage plus d'inaugurer ou de rénover un village 4 ou 5-tridents (donc de luxe) sans ouvrir également un spa. Cet l'hiver, le Club a d'ailleurs vu ses réservations augmenter de 11 % pour ce type de demande. Pour certains, le spa fait d'ailleurs office de destination en soi. La vogue du tourisme de bien-être n'en est vraisemblablement qu'à ses débuts. Chantal Piret