Tout comme Amblève et les cossues communes du Brabant wallon caracolent en tête des classements de l'aisance et de la " dé "pression fiscale, la bruxelloise Saint-Josse-ten-Noode se retrouve invariablement dans les bas-fonds. La plus petite commune du royaume (1,14 km2) est aussi la plus pauvre, une des plus densément peuplées - elle gagne 1 000 habitants par an, dépassant les 27 000 -, et la plus cosmopolite avec sa forte concentration d'immigrés turcs et marocains. Celle, encore, qui " jouit ", à Saint-Lazare, du...

Tout comme Amblève et les cossues communes du Brabant wallon caracolent en tête des classements de l'aisance et de la " dé "pression fiscale, la bruxelloise Saint-Josse-ten-Noode se retrouve invariablement dans les bas-fonds. La plus petite commune du royaume (1,14 km2) est aussi la plus pauvre, une des plus densément peuplées - elle gagne 1 000 habitants par an, dépassant les 27 000 -, et la plus cosmopolite avec sa forte concentration d'immigrés turcs et marocains. Celle, encore, qui " jouit ", à Saint-Lazare, du privilège peu enviable de posséder la place la plus laide de Bruxelles. Pour autant elle n'a pas la main taxatoire trop lourde (7,5 %) ; par contre, et, surtout, les revenus moyens par habitant sont les plus bas du royaume. Et pourtant, ce n'est pas la commune la moins bien gérée, ses finances étant saines. Et pourtant, l'avenir de ce bout de terre bruxellois n'est pas plombé par tous ses handicaps. Car Saint-Josse en a marre de sa réputation. Elle veut attirer des habitants à plus hauts revenus, construire de nouveaux logements, moderniser le commerce et jouer à fond la carte de sa localisation centrale à Bruxelles et aussi celle de ses bas loyers. Elle a donc entrepris de redorer son blason et de relifter son urbanisme. Le célèbre goulot que connaissent beaucoup d'automobilistes, entre la place Madou et la place Saint-Josse, va devenir semi-piétonnier. Un vaste projet immobilier va redessiner l'îlot Scailquin, avec des logements et des commerces. Et puis surtout, tout le monde attend monts et merveilles de la grande mutation prévue à la vilaine place Saint-Lazare. Ce projet fait l'unanimité et pourtant c'est de l'érection d'une immense tour (110 mètres) - qu'ailleurs on contesterait volontiers mais qui est ici en phase avec les autres grands buildings du quartier, non loin de la gare du Nord - que les édiles, les commerçants et les habitants attendent une véritable renaissance. Le projet est approuvé et la Silver Tower Fortis à l'architecture " golfe Persique " va faire entrer des centaines de clients dans la commune, des agents de Fortis qui occuperont 33 000 m2 de bureaux sur 27 étages. La perception de 3,9 millions d'euros par la commune permettra à celle-ci de réaménager complètement l'espace public avoisinant, à l'horizon 2014. Alors, bientôt Saint-Josse-ten-Byzance ? Mollo ! " Ce qu'il faudrait améliorer à Saint-Josse, c'est la proximité entre la population et la commune en multipliant les activités et les occasions de rencontre ", cible un animateur local. Un innovant indicateur de convivialité peut être plus éloquent qu'un classement purement financier PS