Encouragé par le très opportun courrier de M. Cosentino dans le Forum des lecteurs du 25 avril dernier (Un " neuro ", deux " zeuros "), je voudrais m'associer à lui pour supplier les journalistes, commentateurs et politiciens de corriger d'autres...

Encouragé par le très opportun courrier de M. Cosentino dans le Forum des lecteurs du 25 avril dernier (Un " neuro ", deux " zeuros "), je voudrais m'associer à lui pour supplier les journalistes, commentateurs et politiciens de corriger d'autres erreurs que beaucoup commettent quotidiennement. [...] Je prendrai deux fautes tellement fréquentes qu'elles deviennent un nouveau langage, qui s'imposera peut-être comme nouvelle norme. D'abord, cette inutile et lourde répétition du sujet d'un verbe par un pronom personnel. Exemples : " La qualité de l'air, elle est plutôt bonne ", ou " Le président, il a décidé... ". Ensuite la " simplification " ( ? ) au masculin singulier (curieux en cette période de grande émancipation féminine par le vocabulaire ! ) des pronoms relatifs composés, lequel, duquel, auquel, avec lequel. Exemples : " Cette politique duquel vous dites tant de bien... ", ou " La réorganisation auquel vous vous accrochez... ". S'il est vrai que toute langue évolue, pourquoi la truffer de fautes et lourdeurs, sources, parfois, d'incompréhension ?