Maudits magistratsà Dans sa propriété de Malabo, face au golfe de Guinée, Teodoro Nguema Obiang Mangue, 42 ans, rumine sans doute ses mésaventures judiciaires en déambulant entre les statues de marbre de son patio. Car " Teodorin ", alias " Son Excellence " ou " Prince ", fils aîné du président de la Guinée équatoriale, est dans le collimateur de la justice internationale : en France et aux Etats-Unis, il est soupçonné de piller les richesses de sa patrie, petit émirat pétrolier et hispanophone, pour financer son train de vie de nabab.
...

Maudits magistratsà Dans sa propriété de Malabo, face au golfe de Guinée, Teodoro Nguema Obiang Mangue, 42 ans, rumine sans doute ses mésaventures judiciaires en déambulant entre les statues de marbre de son patio. Car " Teodorin ", alias " Son Excellence " ou " Prince ", fils aîné du président de la Guinée équatoriale, est dans le collimateur de la justice internationale : en France et aux Etats-Unis, il est soupçonné de piller les richesses de sa patrie, petit émirat pétrolier et hispanophone, pour financer son train de vie de nabab. A Los Angeles et à Washington, ses biens sont visés par deux procédures civiles ouvertes en octobre 2011. Objectif des autorités : mettre la main sur 70 millions de dollars d'actifs, dont 3 millions en objets ayant appartenu à Michael Jackson, " au profit des citoyens du pays auquel ils ont été soustraits ". A Paris, les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont obtenu le feu vert du parquet pour lancer un mandat d'arrêt international contre Obiang junior pour " blanchiment " (voir l'encadré page suivante). Teodorin donnerait cher pour renouer avec l'insouciance de sa vie d'avant. Sauter dans son jet privé pour rallier ses demeures de Paris, de Malibu (Californie), ou du Cap (Afrique du Sud). Faire ses emplettes chez Gucci, Dolce & Gabbana et Versace, ses marques fétiches. Courir les antiquaires ou les salles des ventes. Le célibataire aux cheveux gominés a beau être un homme très occupé - il est ministre de l'Agriculture et des Forêts depuis 1998, vice-président du parti présidentiel, patron d'une demi-douzaine de sociétés et délégué adjoint de son pays auprès de l'Unesco -, il ne rate pas une occasion de jeter l'argent par les fenêtres. Le jeune Obiang s'est livré très tôt à son passe-temps favori. Après sa scolarité à l'école des Roches, très chic pensionnat normand, il s'inscrit à l'université Paris-Dauphine. L'étudiant apprécie moins les études que les fêtes. Son cursus à la Pepperdine University de Malibu dureà cinq mois, en 1991. Le temps de dépenser 50 000 dollars dans les boutiques de Beverly Hills et au Beverly Wilshire, l'hôtel cinq étoiles où il occupe une suite. " Teodorin ? Un jeune arrogant et pourri de fric ", tranche un diplomate familier des arcanes guinéens. Les fidèles réunis dans la cathédrale de Mikomeseng, le 3 août 2011, pour célébrer l'anniversaire de la prise du pouvoir par Obiang père, ne diront pas le contraire. Ce jour-là, la messe suit son cours depuis une heure et demie quand le fils débarque dans son hélicoptère, noyant l'édifice aux murs ajourés dans un nuage de poussière. Pourtant, sur le site Internet à sa gloire, Monsieur Fils n'est que modestie et vertu. " La politique est faite d'abord pour servir ses concitoyens ", affirme-t-il. Et se servir au passage. A en croire les enquêteurs, l'intéressé prélève une " taxe révolutionnaire " sur les exportations de bois - la deuxième source de devises du pays après le pétrole - et touche une dîme sur les contrats signés avec des sociétés étrangères. Au fil des ans, l'enfant gâté, adulé par sa mère, s'offre de luxueuses propriétés en Afrique du Sud et en Californie. Celle de Malibu, payée 30 millions de dollars, compte huit cheminées, autant de salles de bains et un golf de quatre trous. En décembre 2004, il jette son dévolu sur un hôtel particulier de six étages, avenue Foch, à Paris. L'amateur d'escort girls - selon plusieurs témoins entendus aux Etats-Unis - collectionne aussi les grosses cylindrées. En novembre 2009, les douanes françaises notent que " 26 voitures de luxe et 6 motos ", en provenance des Etats-Unis, sont réexpédiées par Teodoro Obiang vers la Guinée équatoriale. Dans le lot figurent 7 Ferrari, 5 Bentley et 4 Rolls-Royce. Rien n'est trop beau pour lui. Lorsqu'il fête son anniversaire à l'hôtel du 3-Août de Malabo, en 2009, il fait venir vins fins et pièce montée géante de Paris. Prenant ses quartiers d'automne à Hawaii, la même année, il emporte plusieurs de ses bolides et l'un de ses deux hors-bord Nor-Tech 5000. Mois après mois, Tracfin, la cellule française de lutte contre le blanchiment, pointe les dépenses de M. le Ministre, un temps pressenti pour succéder à son président de père : 2,7 millions d'euros d'antiquités en mars 2008 ; 18 millions pour l'acquisition de 109 lots lors de la vente de la collection Yves Saint Laurent en février 2009 ; 820 000 euros pour une montre Piaget en juillet 2011... " Mon client n'est pas un play-boy très sex and drugs and rock'n roll, proteste son avocat parisien, Me Emmanuel Marsigny. C'est un homme intelligent et travailleur. Il est ministre, mais aussi entrepreneur et chef d'entreprise, ce qui n'est pas incompatible en Guinée équatoriale, et ses sociétés réalisent des bénéfices. L'origine de sa fortune n'a donc rien de suspect. " Sur son site officiel, Teodorin se présente à ses 700 000 concitoyens, condamnés pour 70 % d'entre eux à survivre avec moins de 2 dollars par jour, comme un " homme de vision, de justice et d'égalité ", " acharné au travail " et " humble ". " Je n'ai pas peur des critiques, jure-t-il, car elles sont souvent salutaires pour ne pas dévier du chemin que l'on s'est tracé. " Vraiment ?ANNE VIDALIE, AVEC VINCENT HUGEUX