Le centre de Wavre concentre plus de 8 000 voitures chaque matin, aux heures de pointe. Dans les prochaines années, ce nombre risque fort d'augmenter mais peut-être pas autant qu'on le croit, car la Ville s'est dotée il y a peu d'un plan communal de mobilité (PCM). Attendu de longue date, ce document n'a pas de valeur réglementaire mais liste des pistes et idées dans lesquelles les autorités communales pourront puiser dans les dix prochaines années.
...

Le centre de Wavre concentre plus de 8 000 voitures chaque matin, aux heures de pointe. Dans les prochaines années, ce nombre risque fort d'augmenter mais peut-être pas autant qu'on le croit, car la Ville s'est dotée il y a peu d'un plan communal de mobilité (PCM). Attendu de longue date, ce document n'a pas de valeur réglementaire mais liste des pistes et idées dans lesquelles les autorités communales pourront puiser dans les dix prochaines années. Sans surprise, ce PCM insiste sur la nécessité de développer les transports alternatifs à la voiture. Une des solutions envisagées est la création de parkings périphériques et d'une rocade autour de la ville pour délester le centre d'une partie de sa circulation et y implanter davantage d'espaces piétonniers. Les places Cardinal Mercier et Henri Berger (qui borde la gare) devraient ainsi se débarrasser d'une bonne partie de leurs emplacements de parking pour rendre l'espace à la collectivité. La place Bosch pourrait suivre la même évolution, mais un peu plus tard. En plus de libérer les places du stationnement des voitures, le PCM imagine d'étendre l'actuelle zone piétonne à davantage de rues, dont celles du Progrès, Barbier, des Fontaines ou encore des Brasseries. Il propose aussi la création d'une trame verte et la mise en valeur de la trame bleue qu'est la Dyle pour rendre la circulation piétonne encore plus agréable. L'idée du PCM est ainsi de tranquilliser le centre-ville et de le rendre plus accueillant et sécurisé pour les usagers les plus faibles. De nouvelles zones 30 devraient voir le jour dans des espaces résidentiels et être élargies à l'échelle des quartiers au niveau des écoles. L'utilisation du vélo devrait être encouragée dans le centre et les pôles d'activités économiques (comme le zoning) grâce à un réseau cyclable mieux connecté et mieux adapté, notamment au niveau de son revêtement. Wavre dispose déjà d'un bon potentiel à exploiter, car la ville est compacte et possède des chemins ruraux qui pourraient être reconvertis en limitant les frais. En ce qui concerne la circulation piétonne, la situation est en revanche moins favorable au départ. Wavre ne dispose pas toujours de trottoirs adaptés ni d'un cheminement continu sur le bord de ses voiries. Le PCM conseille donc de s'attaquer à ces problèmes en traitant dans un premier temps les itinéraires les plus importants, à savoir ceux qui mènent vers des pôles comme les écoles. Enfin, la future mobilité de Wavre passera également par une optimisation des transports en commun. Le PCM recommande d'améliorer les correspondances et l'accueil aux arrêts. Une nouvelle gare TEC plus accessible pourrait aussi voir le jour. Mais, comme le remodelage de l'échangeur routier de Bierges, ce genre de projet mobilise plusieurs acteurs et ne dépend donc pas seulement de la ville de Wavre... Par Marie-Eve Rebts