L'EXAMEN DE POLITIQUE GÉNÉRALE de la semaine :

Sachant :
...

Sachant : 1. Que la N-VA propose d'interdire le port de " symboles visibles de nature religieuse, philosophique ou politique " lors de " contacts directs avec les citoyens " ; 2. que le lion flamand est un symbole politique et : 3. qu'une plaque de rue est en contact direct avec les citoyens, déterminez quelle sera la réaction des bourgmestres N-VA. - Ils vont enlever toutes les nouvelles plaques qu'ils viennent d'inaugurer. - Ils vont faire comme si de rien n'était et accuser leurs adversaires d'être des méchants qui s'en prennent toujours aux pauvres petits Flamands ? (Bon, d'accord, c'est facile comme question, mais ce n'est que le début.) de la semaine : Sur Twitter, Fadila Laanan a suggéré au correspondant bruxellois de Libé d' " aller voir l'herbe ailleurs ". A votre avis, proposer aux Français de retourner chez eux est-il vraiment dans le cahier des charges de la ministre de l'Egalité des Chances ? (15 minutes, question comptant pour 5 points.) Lisez attentivement les trois phrases ci-dessous. Son auteur fait-il allusion à l'époque d'avant la guerre de 40 ou d'avant l'Expo 58 ? 1. " J'ai connu l'époque où l'on pouvait partir au Grand-Duché pour toucher discrètement ses coupons. " 2. " Si, si, j'ai encore fumé au café. " 3. " Il fut un temps où on pouvait foncer sur les autoroutes françaises : on ne recevait jamais les PV. " (La bonne réponse était : avant 2012. Heureusement, depuis, le progrès est passé par là.) Traduisez la phrase wallonne, trouvée sur des panneaux autoroutiers, en bon français : " Priorité SÉCURITé. 2010 : 373 tués en Wallonie. Prudence. " La bonne réponse est : " OK, on pourrait réasphalter nos routes à nids-de-poule et supprimer les ronds-points placés en dépit du bon sens. Mais ça risquerait de nous donner mal à la tête. Tandis que placer des panneaux routiers, ça va, on a l'habitude. " Supposition absurde : Bruxelles décide de construire son grand stade en Flandre. Autre supposition absurde : Fabiola tente de faire passer sa villa de Motril sur le compte d'une fondation pour éviter les droits de succession. Ne serait-il pas alors plus logique d'installer le stade à la place de la villa Astrida et de créer une fondation pour défiscaliser le tout ? Et comment convaincre les clubs, que l'on sait hostiles à toute fraude fiscale, de quand même accepter le bazar ? (Question à 1 000 points et félicitations du jury.) TOUTES LES CHRONIQUES DE MARC OSCHINSKY SUR www.levif.be MARC OSCHINSKY