Quand un membre du personnel pénitentiaire se voit contraint d'acheter lui-même des pièces d'uniforme, en cas de carence des fournisseurs de l'administration, il ne reçoit ni in...

Quand un membre du personnel pénitentiaire se voit contraint d'acheter lui-même des pièces d'uniforme, en cas de carence des fournisseurs de l'administration, il ne reçoit ni indemnité, ni compensation, se désole la députée Annick Lambrecht (SP.A, photo). C'est le cas, pour l'instant, dans certaines prisons où le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), reconnaît que plusieurs livraisons ont pris du retard pour le personnel technique et de surveillance. Des vestes et des pantalons manquent à l'appel. Il n'y a pas de retard, par contre, pour les chemises, les polos et les insignes d'épaule. Ces articles sont, en principe, livrés dans l'année de la demande, assure le ministre, mais l'arriéré actuel est imputable à la faillite du fournisseur et aux problèmes de procédure liés à la désignation de son successeur. L'arriéré devrait être résorbé dans le courant de cette année.