Comment est-il possible d'avoir si peu de fierté nationale et un tel manque de "raison d'Etat" pour en arriver à présenter ses excuses à un escroc sorti de prison, qui, durant de longs mois, a incité la population indigène à la haine, au racisme, à la désobéissance civile et au massacre de milliers de Balubas en 1960.
...

Comment est-il possible d'avoir si peu de fierté nationale et un tel manque de "raison d'Etat" pour en arriver à présenter ses excuses à un escroc sorti de prison, qui, durant de longs mois, a incité la population indigène à la haine, au racisme, à la désobéissance civile et au massacre de milliers de Balubas en 1960.Les excuses ne suffisant pas, Louis Michel a obligé son gouvernement, déjà si fort endetté, à financer une Fondation Lumumba de 150 000 000 de francs complétée d'une dotation annuelle d'un demi-million d'euros. Ceci sans nul doute pour perpétuer le souvenir des souffrances, des atrocités et des nombreux viols commis à l'époque. Toute cette pantomime pour permettre à Louis Michel d'accréditer sa politique menée en Afrique noire, véritable tonneau des Danaïdes, où depuis Mobutu, la corruption fleurit plus que jamais. Pendant ce temps, Vandenbroucke ne sait plus de quel bois faire flèche pour alimenter les caisses de la sécurité sociale. D'autres parlementaires ont été tout heureux de saisir l'occasion pour mettre un pétard sous le trône, tout en prenant des airs de bon apôtre de la démocratie.Au Congo, dès 1950, j'ai vécu la colonie, l'indépendance et... la déglingue des infrastructures "coloniales", les écoles, hôpitaux, routes, rails, industries, plantations que regrettent encore actuellement nombre de Congolais. J'ai vécu les émeutes et atrocités de Léopoldville, Stanleyville, Kolwezi, le pont aérien de notre regrette Sabena organisé pour rapatrier les Belges en déroute, nos paras maintes fois appelés pour nous défendre avec déjà leurs morts et blessés dont personne ne se souvient. J'ai vécu les atrocités des rebelles et autres "mulétistes" et j'ai vu nos compatriotes volés, pillés, assasinés, blessés, violés, spoliés par centaines, par milliers. Je me souviens de la zaïrianisation et de la confiscation arbitraire des derniers biens de nos compatriotes, des propos insultants de Messieurs Lumumba et Mobutu envers notre roi, et j'ai également entendu que les Belges avaient pillé le Congo! Plus récemment, dix de nos paras ont été lâchement assassinés dans le cadre d'une mission pacifique au Rwanda, et à présent la honte et le déshonneur au travers d'excuses de notre Premier ministre au Rwanda, des excuses de notre ministre d'Affaires étrangères au terme de la coûteuse commission Lumumba, la honte d'une fondation de 150 millions nantie de 20 millions annuels certainement destinés aux détournements et à la corruption, alors que tant d'infrastructures sociales belges manquent cruellement de subsides. Nos ministres actuels étaient de parfaits inconnus à l'époque et Tintin au Congo porte à présent la barbe et perd la mémoire... Heureusement, la main qui donne restera toujours au-dessus de celle qui reçoit. Je continue à regarder le Congo dans les yeux, car ses dirigeants savent qu'ils nous doivent également de solides excuses...Paul Jacoby, Anvers,Michel Bonsen, Lasne