L'opinion du Grand rabbin Goldschmidt (NDLR: Pinchas Goldschmidt, président de la Conférence des rabbins européens) revendiquant la persistance de l'abattage rituel sans étourdissement, parue dans Le Vif du 11 février, m'interpelle quant à l...

L'opinion du Grand rabbin Goldschmidt (NDLR: Pinchas Goldschmidt, président de la Conférence des rabbins européens) revendiquant la persistance de l'abattage rituel sans étourdissement, parue dans Le Vif du 11 février, m'interpelle quant à la survivance de pratiques religieuses ancestrales, qui serait mise à mal par les lois européennes. Je me revendique libre de toute appartenance et assez âgée pour pouvoir prendre du recul. Je me demande comment il est possible de se déclarer religieux et, en même temps, de manquer de compassion et de respect pour toute forme de vie. La liberté religieuse s'arrête où commence la liberté de l'autre en tant qu'être vivant. Infliger à l'animal des souffrances inutiles au nom de rituels inventés par l'homme me semble contraire aux principes de bienveillance et d'amour prônés par toutes les religions. Comment se dire profondément européen en mettant en avant l'abattage rituel, pratique identitaire et rétrograde? La religion juive, comme toutes les autres, doit évoluer avec son temps. La religion est du domaine de l'intime et ne se nourrit pas de différences vestimentaires ou rituelles. Si c'est le cas, elle en perd sa pureté et, surtout, son sens profond.