Les femmes n'évoquent pas volontiers les problèmes liés à leurs règles, en dépit de l'impact parfois important sur leur quotidien. Selon un questionnaire s'adressant à quelque 42 000 femmes aux Pays-Bas, 85% ont déclaré souffrir de règles douloureuses chaque mois. À côté de cela, 70% des femmes se plaignaient de fatigue et de troubles psych...

Les femmes n'évoquent pas volontiers les problèmes liés à leurs règles, en dépit de l'impact parfois important sur leur quotidien. Selon un questionnaire s'adressant à quelque 42 000 femmes aux Pays-Bas, 85% ont déclaré souffrir de règles douloureuses chaque mois. À côté de cela, 70% des femmes se plaignaient de fatigue et de troubles psychiques durant cette période. Environ une sur trois ne peut exécuter complètement ses activités quotidiennes. Moins de la moitié ose en parler ouvertement à son partenaire, ses amis ou sa famille, de peur de s'attirer des remarques blessantes. Beaucoup de femmes pensent que ces maux font partie de la nature féminine et ont dès lors tendance à ne pas consulter lorsqu'elles en souffrent. Cela complique la détection d'éventuelles affections sous-jacentes telles que l'endométriose, une cause importante, souvent négligée, des problèmes de fertilité. La durée moyenne entre le début des plaintes et le diagnostic définitif est de 10 ans. L'endométriose est une affection, chez des femmes en âge de procréer, caractérisée par la présence de muqueuse utérine à l'extérieur de l'utérus, dans la cavité abdominale, dans les reins ou les intestins. Cette maladie touche 10% des femmes en âge de procréer et est diagnostiquée chez 25 à 50% des femmes confrontées à des problèmes de fertilité. Le symptôme le plus fréquent de l'endométriose, ce sont les troubles liés aux règles, mais aussi des douleurs dans le bas-ventre qui débutent quelques jours avant les règles et se répètent chaque mois. L'endométriose est souvent confondue avec le syndrome du côlon irritable.