Napoléon Bonaparte a pris part à plus de quatre-vingt batailles en vingt-deux ans de carrière militaire. Sa survie même tient du miracle ! Cela dit, une subtile combinaison d'expérience, de perspicacité et de chance n'y est sûrement pas pour rien. Mais était-il ou pas un va-t-enguerre ? C'est là toute la question. En d'autres termes, Napoléon est-il " le " responsable de ces guerres dites " napoléoniennes " ? Un premier constat s'impose. Sous son règne, il y eut plus de guerres lancées par d'autres nations contre la république et l'empire français que dans l'autre sens. Et parfois même sans déclaration préalable. En outre, Napoléon a engrangé des victoires décisives face aux offensives de la coalition austro-russe (Austerlitz, 1805), de la Prusse (Iéna, 1806) et à nouveau de la Russie (Friedland, 1807), puis de l'Autriche (Wagram, 1809). Toutes ces guerres n'ont pas été voulues par Bonaparte. En revanche, c'est bien lui qui a déclenché les campagnes de Russie (1812) et d'Espagne (1808-14).
...