1. En Belgique, le vote est obligatoire, et j'espère qu'il le restera à jamais. En effet, le suffrage universel est le résultat d'une longue lutte sociale et politique, qui a traversé des siècles et pour laquelle des femmes et des hommes ont sacrifié leur vie. Suffrage universel tout récent, puisque ce n'est qu'en 1948 que les femmes l'ont acquis ! Pour moi, ce n'est pas seulement un droit, mais un devoir de tout citoyen qui, une fois n'est pas coutume, est appelé à participer directement à la démocratie. (...)
...

1. En Belgique, le vote est obligatoire, et j'espère qu'il le restera à jamais. En effet, le suffrage universel est le résultat d'une longue lutte sociale et politique, qui a traversé des siècles et pour laquelle des femmes et des hommes ont sacrifié leur vie. Suffrage universel tout récent, puisque ce n'est qu'en 1948 que les femmes l'ont acquis ! Pour moi, ce n'est pas seulement un droit, mais un devoir de tout citoyen qui, une fois n'est pas coutume, est appelé à participer directement à la démocratie. (...) 2.Certains citoyens, dans l'isoloir, pour marquer leur désenchantement et leur colère, rendent leur bulletin de vote irrecevable, soit par un bulletin blanc, soit en le maculant, soit en ne respectant pas les critères légaux. D'autres votent pour de petites listes, qui n'ont aucune chance de peser sur " la chose publique ", soit - plus grave encore ! - pour le FN, qui manie les idées simplistes (racisme, poujadisme, etc.) sans proposer un programme crédible. Dans tous ces cas de figure, le vote est perdu, et la démocratie est perdante ! (...) 3.Une autre tentation est le poujadisme : " Tous des pourris ! ", qui justifierait l'abstention. Ces propos du Café du commerce, très satisfaisants pour l'esprit qui ne doit pas exercer d'esprit critique, sont le reflet (quasi inévitable) de la mauvaise gestion politique, dénoncée de plus en plus par les médias. Mais c'est une erreur d'appréciation, car, même au PS - en pleine déliquescence éthique - existent des femmes et des hommes honnêtes, qui £uvrent, parfois depuis de longues années, pour le " mieux vivre " de l'ensemble des citoyens. (...) 4.Le système électoral belge étant ce qu'il est, tout gouvernement (fédéral ou régional) se forme à partir d'une alliance entre plusieurs partis, normalement ceux qui ont récolté le plus de suffrages. Et qui dit alliance dit forcément compromis avec les partenaires du moment. Il est vrai que certains partis, ivres de pouvoir, ont par la passé renoncé à certaines de leurs valeurs phares, pour faire partie de l'équipe. Inacceptable, bien sûr, pour l'électeur qui se sent trahi dans son vote. Mais tous les partis, heureusement, ne fonctionnent pas de cette manière. Et donner un poids considérable à un parti lui confère légitimement le droit d'influer sur une orientation programmatique en conformité avec ses idéaux. Ainsi, en Wallonie, le PS a reçu cette légitimité démocratique depuis des décennies, et a dès lors abusé de sa position hégémonique à tous les niveaux de pouvoir. Il n'est jamais bon qu'un seul parti occupe une telle position dominante, et surtout si longtemps... Francis Rouard, par courriel