On aura beau faire des lois contre la discrimination, elles ne pourront jamais aller contre le sentiment populaire. Plus les musulmanes se voileront, plus l'islamophobie augmentera, et celles qui se voilent auront de plus en plus de mal à trouver ou à garder un emploi. On peut discuter sur le droit d'arborer ou non des " signes religieux " dans divers contextes. Mais je trouve que la question n'est pas là. Car, selon l'interprétation du Coran propre à certains musulmans, ce voile, ce foulard, brandi comme un emblème religieux, est une manière implicite de dire aux hommes : " J'ai peur de vous, ...

On aura beau faire des lois contre la discrimination, elles ne pourront jamais aller contre le sentiment populaire. Plus les musulmanes se voileront, plus l'islamophobie augmentera, et celles qui se voilent auront de plus en plus de mal à trouver ou à garder un emploi. On peut discuter sur le droit d'arborer ou non des " signes religieux " dans divers contextes. Mais je trouve que la question n'est pas là. Car, selon l'interprétation du Coran propre à certains musulmans, ce voile, ce foulard, brandi comme un emblème religieux, est une manière implicite de dire aux hommes : " J'ai peur de vous, de votre muflerie. Je crois qu'à vos yeux je suis un objet sexuel et pour que vous puissiez vous maîtriser, je dois me dissimuler. " Et il dit aux femmes : " Si vous ne mettez pas un foulard, un voile, voire une burqa, vous êtes provocantes, inconscientes, vous manquez de pudeur et, si un homme vous agresse, il ne faudra vous en prendre qu'à vous-mêmes. " Autrement dit, le voile " islamique " n'a pas grand-chose de religieux. En revanche, il reflète, justifie et renforce une relation archaïque, anachronique mais surtout barbare et malsaine entre les hommes et les femmes. L'adoption du voile par une mandataire politique est donc une manière de glorifier un comportement moins civilisé, de rejeter publiquement une certaine convivialité et plus précisément les formes qu'a prises le respect mutuel entre les sexes au terme d'une évolution séculaire, qui ne doit plus rien aux vêtements médiévaux. Sans doute, je vois mal au nom de quelle loi on pourrait l'interdire à une élue qui tire sa légitimité du peuple et qui n'est pas un agent de l'Etat. Mais on peut se demander si son choix rend service à ceux et surtout à celles qui ont voté pour elle, et on a le droit de l'interpeller là-dessus. On entend déjà des gens qui déplorent la " stigmatisation des musulmanes voilées ", mais ne voient pas le mépris plus ou moins conscient qu'elles affichent pour leurs concitoyens et collègues des deux sexes. C'est pourquoi ces voiles, ces foulards nuisent à l'ordre public. Il est difficile d'accepter que des responsables contribuent à l'affaiblir et s'écartent ainsi d'un civisme authentique, surtout depuis qu'on sait que, dans certains quartiers, dans certains milieux, celles qui refusent de se voiler sont en butte à des pressions, à des insultes, parfois à des agressions physiques, voire des viols. " Madoff a été condamné à 150 ans de prison. J'aurais préféré qu'il écope de seulement 30 ans, mais que les 120 autres années soient purgées par ses plus proches partenaires, tout aussi coupables que lui. Cette arnaque monstre n'a pas pu être montée par Madoff seul, d'autres l'y ont aidé. "Sylvio Le Blanc, Montréal, par courriel " La création semble devoir reposer sur la souffrance et la solitude. C'est ce que l'on ressentait le 7 juillet en voyant l'agitation vulgaire et futile autour du pathétique cercueil de Michael Jackson recouvert de l'or du désespoir. "Denis Léonard, Huy, par courriel Dr Baudouin Petit, Rhode-Saint-Genèse, par courriel