Ravagée par des incendies qui déciment sa faune, l'Australie reste une terre riche d'espèces endémiques. Une Australienne a ainsi eu la surprise de trouver dans son jardin un nouveau spécimen d'araignée sauteuse à la face bleue, au corps brun et au dos strié d'un motif en forme de petit lapin, jusqu'ici inc...

Ravagée par des incendies qui déciment sa faune, l'Australie reste une terre riche d'espèces endémiques. Une Australienne a ainsi eu la surprise de trouver dans son jardin un nouveau spécimen d'araignée sauteuse à la face bleue, au corps brun et au dos strié d'un motif en forme de petit lapin, jusqu'ici inconnu des naturalistes... qui ont par ailleurs déniché au printemps sept nouvelles espèces d'araignées paons.Mais les découvertes les plus étonnantes viennent des profondeurs encore inexplorées de l'océan. Une expédition menée au large des côtes australiennes par le Western Australian Museum et le Schmidt Ocean Insitute (fondé par l'ancien patron de Google), a identifié et filmé en mars une trentaine d'animaux marins jamais aperçus jusqu'alors: un concombre de mer à queue longue, des éponges siliceuses, une pieuvre bioluminescente et les premiers hydroïdes géants d'Australie - des polypes vivant en colonies qui ressemblent à des anémones de mer. Mais surtout un siphonophore de près de quarante-six mètres, qui pourrait être le plus long animal jamais identifié. Croisé à près de quatre cents mètres de profondeur par un robot de l'expédi- tion, ce prédateur des grands fonds est constitué de milliers de petits clones enchaînés les uns aux autres pour former une immense guirlande luminescente. Comme les méduses, les siphonophores se nourrissent en balançant leurs tentacules piquants pour capturer des petits poissons et crustacés. Celui-ci est deux fois plus long qu'une baleine bleue... mais nettement moins volumineux.