Déverrouiller son ordinateur en levant simplement la main devant l'écran, c'est ce que propose désormais le géant japonais Hitachi. Et cette technologie de balayage biométrique du réseau veineux des doigts est sur le point de révolutionner la sécurité informatique. Le seul équipement nécessaire est une webcam exploitant la lumière visible, un instrument basique déjà intégré dans la plupart des ordinateurs et des téléphones. Un seul impératif : une image haute définition.

" Depuis des années, les méthodes d'authentification utilisées présentent des failles de sécurité, mais aucune alternative viable n'était jusqu'alors disponible, explique Ravi Ahluwalia, directeur général de Hitachi Security Business Group. Notre nouvelle technologie basée sur les veines digitales constitue un grand pas en avant. Et ce, à la fois pour l'utilisateur qui n'a plus à se rappeler plusieurs mots de passe et pour les entreprises qui recherchent une solution d'authentification sûre et économique. " Smartphones et ordinateurs sont protégés par un mot de passe qui en verrouille l'accès. Cette méthode d'authentification, utilisée à large échelle, a pourtant ses limites. Le mot de passe peut être piraté ou perdu. Retrouver l'accès à l'appareil exige alors l'onéreuse intervention d'un professionnel.

Pour contourner cette faille, différents systèmes d'identification biométrique se présentent comme d'intéressantes alternatives, qu'il s'agisse de reconnaissance faciale ou de scan des empreintes digitales. Ces techniques sont cependant elles aussi soumises à des contraintes. Ainsi, le scan des empreintes de doigts exige un capteur spécial tandis qu'une reconnaissance faciale de qualité demande une caméra infrarouge. En outre, ces méthodes sont également sujettes aux fraudes. La reconnaissance faciale peut être déjouée par des masques, ou par des visages identiques dans le cas de jumeaux, tandis que les empreintes digitales sont susceptibles d'être copiées. " De plus, ces données biométriques sont emmagasinées sur les supports eux-mêmes. Cela peut poser problème en cas de perte de l'ordinateur ou du téléphone.

Le nouveau système d'authentification créé par Hitachi analyse la forme et la distribution des vaisseaux sanguins dans les doigts. Les veines y façonnent une arborescence, unique à chacun et quasiment impossible à copier. Et, contrairement au visage qui évolue avec le temps et pose ainsi problème en reconnaissance faciale, le système veineux ne se modifie pas avec les années. Autre point crucial : le système ne fonctionne que si du sang est pulsé dans les veines. On ne devrait donc pas assister à un raz-de-marée criminel de doigts ou de mains tranchés... Cette technologie est déjà utilisée dans des banques au Japon, aux Etats-Unis et en Europe. Selon l'entreprise nipponne, elle devrait débouler sur le marché grand public dès l'année prochaine.