Envie d'aller au-delà de l'image consacrée du barbare à tresses comme on caricaturait les Francs dans les chromos d'autrefois? Sous-titrée "Itinéraires mérovingiens", cette exposition du Musée royal de Mariemont vaut le détour dans la mesure où elle convoque une série de témoignages inédits et fragiles permettant au visiteur de s'approcher au plus de pr...

Envie d'aller au-delà de l'image consacrée du barbare à tresses comme on caricaturait les Francs dans les chromos d'autrefois? Sous-titrée "Itinéraires mérovingiens", cette exposition du Musée royal de Mariemont vaut le détour dans la mesure où elle convoque une série de témoignages inédits et fragiles permettant au visiteur de s'approcher au plus de près de la réalité archéologique de cette civilisation. Celle-ci ne s'arrête d'ailleurs pas à la figure emblématique de Clovis, personnage trop souvent fantasmé et pas assez documenté - rappelons que ce que ne savons de lui nous vient essentiellement des écrits de l'évêque Grégoire de Tours, qui n'était même pas son contemporain. A travers une multitude d'objets provenant de fouilles récentes dans nos régions et dans les pays limitrophes, le propos se veut panoramique en ce qu'il ambitionne la compréhension du haut Moyen Age en Europe du Nord-Ouest entre 450 et 750 de notre ère. Au-delà des nécropoles, le pan le mieux connu de leur passage sur terre, Le Monde de Clovis nous invite à entrer dans l'intimité des Mérovingiens. Le tout "à travers les gestes et les prouesses techniques de leurs artisans ou la vie quotidienne d'une religieuse dans son monastère", comme le précise la commissaire Marie Demelenne. L'occasion est belle pour répandre de la clarté sur une époque que l'on imagine trop souvent sombre, notamment en raison de l'image véhiculée par les Carolingiens qui leur ont succédé, car coincée entre la chute de l'Empire romain et le couronnement de Charlemagne. Au bout d'un tracé dense et ambitieux, une belle surprise attend le curieux: la rencontre avec un semblable, un frère étonnamment proche malgré les 1 500 ans qui nous en séparent.