Jacques van Ypersele de StrihouChef de cabinet du roi, 74 ans.

Dix ans au service de Baudouin, dix-sept ans à celui de son successeur : Jacques van Ypersele de Strihou mérite bien son surnom d'" inusable ". Ce catholique pratiquant est l'homme clé des relations avec le monde politique et économique. Bourreau de travail, surtout en temps de crise politique et de formation d'un nouveau gouvernement, " Van Yp " consulte tous azimuts par téléphone, fait passer des m...

Dix ans au service de Baudouin, dix-sept ans à celui de son successeur : Jacques van Ypersele de Strihou mérite bien son surnom d'" inusable ". Ce catholique pratiquant est l'homme clé des relations avec le monde politique et économique. Bourreau de travail, surtout en temps de crise politique et de formation d'un nouveau gouvernement, " Van Yp " consulte tous azimuts par téléphone, fait passer des messages et est le seul membre de l'entourage d'Albert II à avoir au moins un entretien quotidien avec le roi. D'une jovialité communicative, il ne souhaite pas pour autant sortir de l'ombre. Certains ministres ont, naguère, réclamé sa tête. Il est toujours là. Bras droit du chef de cabinet depuis 2006, il est surtout le conseiller juridique du Palais. Né à Wevelgem, licencié en droit, il a fait ses études à la VUB. Issu de l'administration des Douanes et accises, il est entré au cabinet du roi en 2000. Diplomate étiqueté chrétien-démocrate, ce Bruxellois né à Uccle est le porte-parole du Palais depuis 2007. Ayant déjà occupé le poste entre 2000 et 2003, il est plus que rodé pour gérer avec tact le secteur délicat des relations avec les médias, qui ont souvent critiqué l'opacité du Palais. Ancien de cabinets libéraux flamands, ce diplomate chevronné est, depuis 2006, chef du département économique, social et culturel à la Maison du roi. Il est aussi secrétaire du comité de direction, créé cette année-là en remplacement du Grand Maréchalat. Sur le papier, c'est le conseiller du roi le plus important. En réalité, il fait figure de no 2 - derrière le chef de cabinet - et n'est pas directement impliqué dans les démarches politiques du souverain. Nommé récemment ambassadeur de Belgique en Malaisie, il quittera le Palais dans quelques mois. Diplomate originaire de Courtrai, cet ancien porte-parole aux Affaires étrangères tient Albert II au courant des affaires internationales. Actuellement, il conseille surtout le roi dans les matières relatives à la présidence belge de l'Union européenne. O.R.