Il ne faut pas s'attendre à un déluge de premières mondiales. Bien que capitale européenne, Bruxelles ne possède pas (encore) un salon de l'automobile capable de rivaliser avec celui des autres grandes villes voisines, comme Paris, Francfort ou Genève. C'est d'autant plus vrai en cette année de " petit salon ". Néanmoins, si les médias du monde entier ne se bousculeront pas dans les palais du Heysel, le public belge devrait répondre présent. Du côté de la Fédération belge de l'industrie automobile et du cycle (Febiac), organisateur du salon, on s'attend ainsi à accueillir environ 300 000 personnes. Soit environ deux fois moins que lors d'un " salon de l'auto ", et 50 000 personnes de moins qu'en 2007 (précédent salon de l'utilitaire). Histoire de contrecarrer la crise ambiante et de susciter l'intérêt, les organisateurs ont d'ailleurs décidé de baisser légèrement le prix d'entrée à 10 euros (préalablement fixé à 12,50 euros).
...

Il ne faut pas s'attendre à un déluge de premières mondiales. Bien que capitale européenne, Bruxelles ne possède pas (encore) un salon de l'automobile capable de rivaliser avec celui des autres grandes villes voisines, comme Paris, Francfort ou Genève. C'est d'autant plus vrai en cette année de " petit salon ". Néanmoins, si les médias du monde entier ne se bousculeront pas dans les palais du Heysel, le public belge devrait répondre présent. Du côté de la Fédération belge de l'industrie automobile et du cycle (Febiac), organisateur du salon, on s'attend ainsi à accueillir environ 300 000 personnes. Soit environ deux fois moins que lors d'un " salon de l'auto ", et 50 000 personnes de moins qu'en 2007 (précédent salon de l'utilitaire). Histoire de contrecarrer la crise ambiante et de susciter l'intérêt, les organisateurs ont d'ailleurs décidé de baisser légèrement le prix d'entrée à 10 euros (préalablement fixé à 12,50 euros). Les camionnettes et autres utilitaires légers de moins de 7,5 T seront donc à la fête au Heysel, partageant l'affiche avec les véhicules dits de loisirs, dont le nombre ne cesse de croître. Le règlement du salon permet toutefois d'exposer toutes les " premières belges ", quelle qu'en soit la catégorie. Concrètement, berlines, citadines, voitures de sportà auront leur place au salon, à condition que ces véhicules ne soient pas encore visibles dans les show-rooms des concessionnaires. " De cette manière, les visiteurs peuvent avoir un aperçu de toutes les nouveautés que le secteur automobile prévoit pour 2009 ", se justifie-t-on du côté de la Febiac. Les motos et scooters conservent, bien sûr, deux palais pour s'exposer et émerveiller les passionnés des deux-roues. Pour être complet, on remarquera encore la présence d'une piste 4 X 4 extérieure permettant aux potentiels acheteurs de tester les capacités insoupçonnées - et rarement utilisées - des SUV d'aujourd'hui. Mauvaise nouvelle, par contre, pour les amoureux de l'aviation légère. Par manque de place, les ULM n'auront pas droit au chapitre cette année. Notons enfin qu'un " salon dans le salon " sera consacré aux véhicules utilitaires lourds. Entièrement réservés aux professionnels du transport, Truck et Transport se tiendra du 17 au 20 janvier dans les palais 11 et 12. Comme son nom l'indique, le salon de l'utilitaire est avant tout l'occasion pour les artisans et autres acteurs professionnels du secteur de choisir leur future " monture ". Dans le marché des utilitaires, on remarquera l'incursion de la marque Dacia. Présente depuis plusieurs années dans le domaine des voitures particulières, la marque roumaine " à bas prix " (reprise sous l'égide de Renault) propose dorénavant deux variantes de sa Logan destinées aux professionnels : une fourgonnette et un pick-up. Avec une liste de prix débutant respectivement à 7 250 euros HTVA (8 500 euros en diesel) et 7 450 euros HTVA (8 700 euros en diesel), les Logan utilitaires pourraient bien en séduire plus d'un ! Plus " luxueux ", Chrysler propose d'opter pour une variante utilitaire de son monovolume Grand Voyager. Baptisée Cabine Crew, cette version offre quatre places confortables et un volume de coffre généreux de 1 566 l. Chez Ford, on remarquera enfin la présence de la nouvelle Fiesta Van, une voiture parfaite pour les livraisons en milieu urbain. Bruxelles sera l'occasion pour le public belge de se renseigner sur les futures reines des villes. De nombreux constructeurs arrivent en effet en ce début d'année avec des véhicules compacts, peu gourmands et parfaitement adaptés à une utilisation urbaine. La star incontournable du genre, c'est la petite iQ. Celle qui est déjà rebaptisée " l'anti-Smart ", exposera ses 2,98 mètres de carrosserie (soit seulement 29 cm de plus que la petite puce allemande) sur le stand Toyota. Redoublant d'ingéniosité, les responsables du projet ont réussi à intégrer 4 places dans ce mini-véhicule (trois adultes et un enfant). Certes, dans cette configuration, le coffre est, on s'en doute, inexistant. Mais la banquette arrière modulable permet d'augmenter le volume de chargement, en configuration 2 ou 3 places. Suivant la motorisation retenue, grâce à ses faibles rejets de CO2, l'iQ pourra recevoir une aide gouvernementale réduisant son prix de 15 %. Même encouragement fiscal pour les jumelles Suzuki Alto et Nissan Pixo (commercialisation prévue au mois de mars). Grâce à leur poids plume (à partir de 880 kilos), ces citadines de moins de 4 mètres se contentent d'un petit moteur d'1.0 l (trois cylindres) n'émettant pas plus de 103 g de CO2/km. Autres avantages : malgré leur taille réduite, elles disposent d'une excellente accessibilité grâce à leurs 5 portes. De son côté, Ford présentera la remplaçante de sa Ka. Basée techniquement sur les Fiat Panda et 500, la citadine badgée de l'ovale bleu adopte un style " kinetic " fidèle aux valeurs esthétiques maison. Hyundai présente sa nouvelle I20. Une compacte qui se distingue de ses concurrentes en jouant sur la corde de la sécurité : le système de stabilité électronique est présent en série ! Enfin, dans un format légèrement plus encombrant (3,90 mètres), Honda présentera la seconde génération de sa Jazz. Une citadine à la modularité intelligente, permettant d'obtenir un volume de chargement record pour la catégorie : jusqu'à 427 l. Tout récemment auréolé du titre de la " voiture de l'année 2009 ", l'Insignia viendra se dévoiler en version berline et break (Sports Tourer) sur le stand Opel. Marquant un tournant sur le plan stylistique pour la marque, l'Insignia met toutes les chances de son côté en s'équipant d'une nouvelle génération de moteurs diesel (2.0 l de 110 à 160 ch) et d'options innovantes (comme l'Opel Eye, caméra capable de distinguer les limitations routières et d'en informer le conducteur). Autre berline attendue : la nouvelle Toyota Avensis. Pour sa troisième génération, la Nippone soigne ses émissions de CO2. Résultat : avec les 134 g de CO2/km (5,1 l/100 km) de son 2.0 l D-4D de 126 ch, l'Avensis se pose en référence du genre. Troisième berline attendue à Bruxelles : la Cruze. Forte de sa calandre suggestive et de son profil dynamique s'étirant de son pare-brise incliné jusqu'à sa partie arrière tronquée, la nouvelle Chevrolet joue indéniablement la carte de la séduction. Dès son lancement prévu, pour le mois de mars, la Cruze sera disponible avec deux mécaniques essence (1.6 l 16v de 112 ch et 1.8 l 16 v de 140 ch) et un moteur diesel (2.0 l de 150 ch). Se basant sur l'ancienne génération d'Audi A4, Seat propose à Bruxelles une étonnante Exeo. Côté mécanique, l'Espagnole bénéficiera des nouvelles motorisations diesel du groupe Volkswagen utilisant la technologie " common-rail " (de 120 à 170 ch) ainsi que de trois moteurs essence (de 102 à200 ch). Pour soigner son bilan écologique (et/ou histoire de se distinguer), l'Exeo s'équipe de mini-panneaux solaires implantés sur son toit chargés d'alimenter le système de ventilation en électricité, même lorsque le moteur est coupé. Sur le stand BMW, la nouvelle berline statutaire, la Série 7, dévoile tous ses équipements innovants : radars et caméras en tous genres au programme ! A l'opposé, côté voitures plus compactes, Bruxelles sera également l'occasion pour les nouvelles Volkswagen Golf VI et Renault Mégane (berline et coupé) de convaincre les indécis. Ces deux stars rivalisent sur le plan de l'insonorisation, du confort et du comportement routier et posent de nouveaux jalons pour le segment. Avec son nouveau C3 Picasso, Citroën se lance dans le créneau du monospace compact. Elle offre 5 places modulables (sièges coulissants et escamotables) et un volume de coffre de 500 l tout en conservant des mensurations réduites (4,08 mètre). Avec sa bouille particulière, la C3 Picasso innove grâce à son pare-brise en trois parties destiné à gommer les angles morts de 3/4 avant. Deux moteurs essence (1.4 VTI 95 ch et 1.6 VTI de 120 ch) et deux diesel (1.6 l HDI 90 et 110 ch) sont prévus. Chez Renault, c'est le Kangoo Be Bop qui enfile son habit d'" original ". Plus " fun " que réellement pratique avec ses quatre places et son petit coffre, le Be Bop se distingue par son toit escamotable. Kia, présente pour la première fois de son histoire un produit " image " : la Soul. Typée SUV urbain, elle devrait séduire les citadins appréciant la position de conduite surélevée. Surfant sur la vague de la personnalisation à outrance, la Soul peut également se parer de stickers en tous genres et propose d'opter pour des sièges et un tableau de bord colorés. Côté moteur, les clients ont le choix entre deux " seize-cents " : un diesel ou un essence. Dans le même esprit, Toyota dévoile au public belge son interprétation du SUV des villes : l'Urban Cruiser. Contrairement à la Soul, simple traction, ce dernier s'équipe de quatre roues motrices. Chemin inverse pour les Volkswagen Tiguan, Opel Antara et Volvo XC60. Ces SUV, jusqu'ici disponibles uniquement en transmission intégrale, se présenteront à Bruxelles dans une variante à deux roues motrices. Formule largement plus populaire dans notre " plat pays ". Pour les amateurs de conduite décapotée, Peugeot présente la version " coupé-cabriolet " de sa 308. Au moment de dessiner sa descendante, la marque française semble avoir tenu compte des reproches concernant la partie arrière, trop massive, de la précédente 307CC. La nouvelle venue se pare, cette fois, d'une ligne plus fluide. Côté pratique, l'engin dispose dorénavant d'un système de chauffage de nuque (soufflerie d'air chaud située dans les appuie-tête). Les futurs heureux clients auront le choix entre un moteur turbo essence 1.6 l de 150 ch ou un 2.0 l diesel de 140 ch. Il faudra toutefois se montrer encore un peu patient : l'arrivée de la 308 CC n'est prévue dans les concessions qu'au printemps prochain. Toujours dans le domaine du " plaisir de conduite ", remarquons la présence du coupé Laguna sur le stand Renault. Un coupé orienté " confort " mais également particulièrement dynamique grâce à ses quatre roues directrices optionnelles. Autre coupé très attendu visible à Bruxelles : la Scirocco de Volkswagen. Enfin, pour les amateurs de petites sportives, un détour sur le stand Abarth pour admirer la petite 500 survitaminée s'annonce inévitable. Avant de terminer en beauté sur le stand Nissan sur lequel les attend la " monstrueuse " GT-R. Véritable machine à sensations du haut de ses 485 ch ! Jean-François Christiaens