Sa désignation à la tête de Vivaqua, ce pendant bruxellois de la SWDE que préside Yvan Mayeur (PS), a alimenté une récente polémique. Laurence Bovy, proche de Laurette Onkelinx, dont elle a été ...

Sa désignation à la tête de Vivaqua, ce pendant bruxellois de la SWDE que préside Yvan Mayeur (PS), a alimenté une récente polémique. Laurence Bovy, proche de Laurette Onkelinx, dont elle a été longtemps cheffe de cabinet, avait été choisie par un jury indépendant censé se baser sur le rapport d'un chasseur de têtes. Or, celui-ci avait classé Laurence Bovy derrière deux autres candidats. La nomination, qui a pris cours en février dernier, avait été défendue par Yvan Mayeur au motif de l'indépendance du jury et de... l'expertise de Laurence Bovy dans le secteur. Elle était en effet, depuis mai 2015, observatrice au CA de la SWDE, poste non rémunéré qu'elle a quitté en janvier. Mais elle n'a, en 2016, participé à aucune des séances du comité d'audit, et elle a raté une des trois séances du comité stratégique, et quatre des onze séances du conseil d'administration, soit un taux d'absentéisme wallon de 50 %. Satisfaisant, néanmoins, pour son jury bruxellois.