Répondant à une question parlementaire sur l'utilisation d'un scanner 3D par la police judiciaire fédérale (PJF), le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) a confirmé que c...

Répondant à une question parlementaire sur l'utilisation d'un scanner 3D par la police judiciaire fédérale (PJF), le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) a confirmé que celle-ci ne possédait qu'un seul de ces appareils, utilisé pour reconstituer les scènes d'attentats en 2016. Et d'ajouter que la police réfléchissait à en acquérir d'autres, vu leur prix élevé (entre 35 000 et 60 000 euros)... Dans le dernier trimestriel Info-revue de la police fédérale, le commissaire de la PJF du Limbourg explique justement que le projet de visualisation en 3D des scènes de crime, qu'il vient de lancer, constitue une révolution pour la résolution des affaires criminelles. Il dit aussi se servir d'un scanner 3D pour chaque meurtre commis dans la province et prône l'intégration d'un enquêteur digital au sein de chaque équipe " homicide ". L'avenir de la police est au Limbourg ?