Le chiffre d'affaires abonnés avait reculé de près de 20 % en 2017. 2018 a été une année de grands changements pour BeTV. Jusque-là exclusivités de Voo (comme elle, propriété de Nethys), les chaînes à péage ont renforcé leur accessibilité et sont au...

Le chiffre d'affaires abonnés avait reculé de près de 20 % en 2017. 2018 a été une année de grands changements pour BeTV. Jusque-là exclusivités de Voo (comme elle, propriété de Nethys), les chaînes à péage ont renforcé leur accessibilité et sont aussi disponibles, depuis mars, sur Proximus TV. La concurrence est rude, le budget des citoyens de plus en plus serré... Désireuse de faire évoluer la marque pour tenter de rivaliser avec Netflix, le streaming et le téléchargement qu'il soit légal ou non, la direction a aussi lancé un nouvel abonnement pour ordinateur, tablette, smartphone, Android et Apple TV au prix de 14,99 euros par mois. Changements aussi au niveau des grilles et du contenu. Passionnant mais très franco-français, L'Info du vrai présenté par Yves Calvi ne parlait pas autant chez nous que Le Grand Journal ou, jadis, Nulle part ailleurs. Les programmes en clair de Canal+ (créés pour séduire les abonnés potentiels) ont donc disparu de l'antenne belge lors de la dernière rentrée scolaire. Et ce en même temps (en voilà une bonne nouvelle) que les publicités. Le groupe a aussi élargi son catalogue Be à la demande. Suffisant pour rebondir ? Une vingtaine de licenciements (sur 180 salariés) ont en tout cas déjà été annoncés.