Alors qu'en 1805, la Grande Armée se presse en Bavière pour contrer une invasion autrichienne, l'amiral français Villeneuve, à la tête d'une flotte de trente-trois bâtiments de guerre français et espagnols, mouille à Cadix, dans le sud de l'Espagne. Il vient de passer deux mois dans l'inaction, deux mois pendant lesquels son opposant, l'amiral Nelson, a eu le loisir de renforcer la flotte anglaise. Aussi est-ce en toute confiance que la marine britannique apparaît devant la côte espagnole le 29 septembre. Bien que sa flotte compte toujours huit navires de moins que celle de Villeneuve, Nelson est bien déterminé à attaquer les Français dès leur départ de Cadix. Rusé, il n'envoie que quelques frégates naviguer devant la ville portuaire, gardant le gros de la flotte hors d'atteinte des longues vues françaises. Il attend son heure. Le moment d'agir se présente enfin le 21 octobre.
...