L'étude commandée par le SPF Intérieur concernant la faisabilité d'opérations électorales en ligne apparaît comme une démarche "surréaliste" au député Daniel Senesael (PS) "à l'...

L'étude commandée par le SPF Intérieur concernant la faisabilité d'opérations électorales en ligne apparaît comme une démarche "surréaliste" au député Daniel Senesael (PS) "à l'heure où les scandales du type Cambridge Analytica succèdent aux interrogations sur les ingérences de puissances extérieures dans les opérations électorales". Avant de céder le relais à sa collègue Annelies Verlinden, l'ex-ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), a confirmé qu'un marché public a été lancé pour la réalisation d'une étude empirique sur la faisabilité de l'introduction du vote par Internet, de manière sécurisée, en Belgique. Dont coût: 124 000 euros hors TVA. L'étude devrait notamment se baser sur des pratiques recensées à l'étranger. Il incombera au nouveau gouvernement, conclut Pieter De Crem, de décider "en toute connaissance de cause" si un tel système est opportun ou pas...