Pourquoi écrire ? A cette question posée à l'infini, Petr Král répond : " Pour cette unique chance : investir toute sa vie dans la cambrure d'un instant. " Réponse de poète - et de visionnaire au sens le plus immédiat - qui impose sa réalité tout au long de Vocabulaire, un recueil réunissant de nombreux textes en proses, certains parus en ordre dispersé dans divers médias et revues. Membre du groupe surréaliste tchèque, Král a quitté son pays natal en 1968, époque de plomb, pour vivre à Paris avan...

Pourquoi écrire ? A cette question posée à l'infini, Petr Král répond : " Pour cette unique chance : investir toute sa vie dans la cambrure d'un instant. " Réponse de poète - et de visionnaire au sens le plus immédiat - qui impose sa réalité tout au long de Vocabulaire, un recueil réunissant de nombreux textes en proses, certains parus en ordre dispersé dans divers médias et revues. Membre du groupe surréaliste tchèque, Král a quitté son pays natal en 1968, époque de plomb, pour vivre à Paris avant d'y revenir en 2006. Ecrivant en français, il est l'auteur de nombreux recueils de poèmes, de divers essais et de proses comme Notions de base (2005) et Enquête sur des lieux (2007), des textes relevant, eux aussi, de ce regard ultra-lucide du poète en marche. Celui qui, au fil des pas, débusque avec force, avec drôlerie, avec émotion l'inouï du rapport intime aux choses et aux événements qui l'entourent. Des ouvrages qui, comme le présent Vocabulaire, témoignent également de la maîtrise époustouflante d'une langue qui n'est pas sa langue maternelle. On vérifie à cet égard ce que l'on constate souvent chez les écrivains de qualité pratiquant une langue d'adoption : une faculté d'en user avec un grand respect, mais aussi avec une fraîcheur aventureuse et une générosité qui la sortent des ornières creusées par trop de familiarité. " Vocabulaire " est aussi le titre de la première des quatre salves de textes qui constituent le livre. Avec " Nouvelles ", des récits destinés au départ à une publication collective d'auteurs " censés jouer aux prophètes et imaginer des événements futurs à l'échelle de l'Hexagone ou du monde " (comme l'inexorable enfoncement de la Tour Eiffel dans le sol parisien), " Vigie " qui comporte entre autres des visions particulières relatives à sept £uvres du peintre Leonardo Cremonini, plus quelques saynètes érotiques. Et enfin " Arsenal ", une séquence de textes tout aussi superbes, relatant les étapes d'une mystérieuse errance collective et les affres paradoxales du retour. Ce qui pourrait être, en somme, un chant mélancolique et fraternel dédié à tous les " déplacés " du monde. Si le vécu personnel de Král nourrit de toute évidence cette centaine de textes jusque dans les plus étranges vibrations de l'instant soumis à son regard à la fois magique et singulièrement précis, ils présentent peu d'éléments qui les cadrent ou les situent dans le temps et dans l'espace. Ce qui leur confère une forme de disponibilité où le lecteur peut, davantage encore, trouver un bien qui lui serait intimement lié. Vocabulaire, par Petr Král. Flammarion, 234 p.