La Ligue des droits humains (LDH) a présenté à Genève son rapport alternatif au Comité des droits de l'homme de l'ONU, dans le cadre de l'examen périodique universel (EPU) de la Belgique, de 2021. Cet EPU évalue tous les cinq ans la manière dont notre pays applique les droits de l'homme. La LDH a épinglé la création de l'Institut fédéral pour la protection et la promotion des droits humains (IFDH). Il ne s'agira que d'une instance fédérale, note le rapport, qui ne couvre pas toutes les prérogatives des entités fédérées. Prérogatives limitées car les citoyens ne pourront saisir cet organe consultatif d'une plainte. Risque de " coquille vide " ensuite, car privée d'un investissement budgétaire, humain et politique important. Et la LDH de conclure : " Adoptée en fin de législature, sans véritable débat, des questions sur l'élargissement de ses compétences, sur sa saisine de plaintes par des particuliers, sur les moyens mis à sa disposition sont, à ce jour, sans réponses. "