Ce dimanche de septembre, un vent hargneux changeait la peau en cuir. Les rues vides étaient ponctuées de fenêtres fermées. Dans le ciel, un boucan indécent rebondissait de nuage en nuage : ça bramait à qui peut mieux, festival du cerf-volant oblige (1). Dans le café, Ulysse secoua la tête, comme on chasse une mouche. Depuis son sauvetage de l'Aquarius, par Paula, la serveuse, ce n'était pas la rue qu'il avait traversée, pour trouver un emploi, mais la vie tout entière (2).
...

Ce dimanche de septembre, un vent hargneux changeait la peau en cuir. Les rues vides étaient ponctuées de fenêtres fermées. Dans le ciel, un boucan indécent rebondissait de nuage en nuage : ça bramait à qui peut mieux, festival du cerf-volant oblige (1). Dans le café, Ulysse secoua la tête, comme on chasse une mouche. Depuis son sauvetage de l'Aquarius, par Paula, la serveuse, ce n'était pas la rue qu'il avait traversée, pour trouver un emploi, mais la vie tout entière (2). - On demande 12 gamelles d'eau à la table n°3 ; 4 à la table n°11, avec des glaçons. Et 9 autres à la table des cerfs. - Des " gamelles " ? - Ben oui, Ulysse, tu vois quand même bien qu'on a du monde ! Alors qu'il remplissait, à la chaîne, des récipients d'eau minérale, Ulysse se disait qu'il les comprenait, ces cerfs-là. Lui non plus ne se ruait pas sur les amours à ras du sol, moyennes et familières. Comme eux, c'était du vibrant et du grandiose qu'il voulait. De l'amour qui a du souffle. Sur le grand fumier où fermentent les infamies du monde, seuls se dégageaient les sentiments qui donnent des ailes. - On annonce sept cerfs volants qui descendent en piqué, à la table n°4, Ulysse ! Le Rwandais était en nage. Accoudé au comptoir qui avait vu tant de gens y déposer leurs malheurs, leurs ruptures, leurs colères, leurs vengeances, il donna un coup de lavette sur ce zinc encombré de rancoeurs humaines. Au même moment, portant des dossards tantôt rouge et jaune, tantôt noir et rouge, des vaches poussaient la porte, avec leurs patins à roulettes, exigeant le maintien de l'heure d'été (3) (4). Un berger allemand posa sa casquette et apostropha le vieil Heinrich, l'homme à tout faire du café : " Il est en règle, ce Noir-là ? " qu'il aboya, avec un accent flamand, désignant Ulysse (5). - Alors, faut bien que tu comprennes un truc : Ulysse, c'est un rejeton de Paula. Et les rejetons de Paula, ce sont nos rejetons à nous. Tu piges, l'Allemand ? Le chien policier fédéral remisa son carnet à PV et plongea sa truffe dans une gamelle. Mais c'est pas tout ça : l'heure tourne ! Où est encore passé le serveur ? S'agirait pas de louper le film qui va démarrer à 20h15, sur la Une...