Les marines que vous peignez patiemment, depuis vingt ans, dans votre arrière-cuisine, rendent-elles un authentique parfum d'océan ? Et les encombrantes sculptures en terre cuite du voisin ? Et tous ces bricolages en cintres pliés qui s'empilent au printemps dans les casiers des élèves des académies... ont-ils une réelle valeur esthétique ? La Collection RTBF/De Canvascollectie, vaste événement participatif d'art, donne à chacun l'occasion d'en avoir le c£ur net. Créée il y a quatre ans seulement (par la VRT et le secteur flamand des arts plastiques), cette opération de vulgarisation et de sensibilisation à l'art contemporain - très improprement appelé " élitiste " ! - a rapidement pr...

Les marines que vous peignez patiemment, depuis vingt ans, dans votre arrière-cuisine, rendent-elles un authentique parfum d'océan ? Et les encombrantes sculptures en terre cuite du voisin ? Et tous ces bricolages en cintres pliés qui s'empilent au printemps dans les casiers des élèves des académies... ont-ils une réelle valeur esthétique ? La Collection RTBF/De Canvascollectie, vaste événement participatif d'art, donne à chacun l'occasion d'en avoir le c£ur net. Créée il y a quatre ans seulement (par la VRT et le secteur flamand des arts plastiques), cette opération de vulgarisation et de sensibilisation à l'art contemporain - très improprement appelé " élitiste " ! - a rapidement pris du poil de la bête. Cette troisième édition, qui inclut désormais la communauté germanophone, la transforme en vrai projet collectif national, sans prise de tête ni componction... La Collection, pour tout dire, est franchement bon enfant. Elle pourrait incarner la version " arts plastiques " de The Voice : même battage médiatique, mêmes desseins ludiques et compétitifs, même recherche tous azimuts de " talents ", dans l'immense vivier populaire. Sauf qu'ici les artistes (professionnels ou amateurs, il n'y a pas d'exclusive) ne donnent pas de la voix, mais un aperçu de ce qu'ils ont façonné, avec amour et conviction, dans leurs ateliers respectifs. De novembre 2011 à janvier 2012, 5 321 Belges " fabricants d'art " ont posé leur candidature. Tous ont été conviés à venir défendre, en personne, trois au maximum de leurs petites et grandes créations, devant des jurys " pluriels " composés d'artistes pros, de commissaires et de critiques d'art qui les ont accueillis dans 11 musées et lieux culturels belges. Au terme d'une sélection définitive, opérée avec les directeurs des institutions participantes, entre 250 et 300 £uvres auront finalement les honneurs d'un accrochage aux cimaises du Bozar (1). En clair, le sommet de la gloire. Mais avant ça, quel bazar ! Les présélections aux quatre coins du pays (il en reste une, le 31 mars, à Namur) ont amené quelque 16 000 créations sous les yeux des examinateurs. Comme au Wiels à Bruxelles ou au Smak à Gand, ça a déballé ferme à Ostende, Liège, Eupen ou Bastogne. Ça remballait bien, aussi, avec, parfois, un visage buté d'ado qui a raté son oral. Impossible de décrire toutes les productions délirantes des jeunes et vieux venus tester leur valeur. Dans la foule de ceux qui attendent leur passage, croûtes ou chefs-d'£uvre aux pieds, on reconnaît les radicaux, les révoltés, les tapés, les émotifs, les fatalistes, les chicaneurs, les faux indifférents. Un monsieur âgé a sorti ses crayonnés pour la première fois. Jamais montrés à personne, même pas à ses proches. " Si c'est de l'art ? Je ne sais pas ", hésite-t-il. Considérant que ce défilé singulier valait le coup d'£il, les émetteurs publics impliqués ont chacun prévu une large couverture télé (et radio). A la RTBF, toutes les chaînes, pratiquement, s'y mettent tour à tour, dès le 31 mars (www.rtbf.be/lacollection). Sans oublier Twitter et Facebook, ainsi qu'un site dédié exclusivement aux sélectionnés, judicieusement classés par catégories (gallery2012.canvas.be)... Comment imaginer que, parmi ces peintures, sculptures, photos et techniques mixtes fabuleuses, comme à The Voice, il ne sortira bientôt qu'un seul gagnant ? (1) L'exposition finale aura lieu au Bozar, à Bruxelles, du 10 mai au 10 juin. Remise officielle du Grand Prix (10 000 euros) lors du vernissage, le 10 mai. V.C.