Voici un témoignage on ne peut plus d'actualité, qui en dit long avec des mots simples. C'est celui d'un Syrien, né en 1983 à Alep, dans une famille nombreuse et désargentée, prise en tenaille depuis 2012 par les affrontements entre...

Voici un témoignage on ne peut plus d'actualité, qui en dit long avec des mots simples. C'est celui d'un Syrien, né en 1983 à Alep, dans une famille nombreuse et désargentée, prise en tenaille depuis 2012 par les affrontements entre l'armée de Bachar al-Assad et les djihadistes du front Al-Nosra et de Daech. Sans cesse menacés par les bombardements, Joude et les siens déménageront à quatre reprises. Jusqu'à ce jour de juin 2015, où il décide de quitter le pays avec sa femme, Aya, et leur petite fille de 3 mois. Direction l'Europe, via la Turquie. Il sera long et éprouvant, le chemin qui les mènera au très accueillant village de Martigné-Ferchaud, en Bretagne... Sous-titré Itinéraire d'un réfugié ordinaire, ce récit sans pathos, coécrit avec la journaliste Laurence de Cambronne, balaie bien des a priori. Un livre salutaire. Je viens d'Alep, par Joude Jassouma, ed. Allary, 224 p. Retrouvez l'actualité littéraire aussi dans Focus Vif : cette semaine, notamment, Le feu est la flamme du feu, un recueil de nouvelles intelligemment torturé de Jérôme Orsoni, page 36, et Les Républicains, roman d'amour et de pouvoir de Cécile Guilbert, page 37. D. P.