Le compte d'épargne

Risque: très faible
...

Risque: très faibleRendement annuel sur 5 ans: 0,11%CaractéristiquesEn tant que tel, le compte d'épargne est un produit assez simple. Vous déposez votre argent auprès d'une institution financière qui vous rémunère un certain intérêt. Il existe toutefois une importante distinction à faire entre comptes réglementés et non réglementés. Ces derniers ne bénéficient pas d'avantage fiscal et offrent un taux libre. Pour les comptes réglementés, de loin les plus courants, le législateur a défini un rendement minimal. Ce taux est de 0,01% majoré d'une prime de fidélité d'au moins 0,1% si vous laissez votre épargne pendant au moins un an sur le compte. À l'heure actuelle, la plupart des banques se contentent de ce taux minimal global de 0,11%. L'un des principaux avantages du compte d'épargne est la liquidité: vous pouvez retirer vos économies à tout moment. Les spécialistes continuent de recommander le compte d'épargne pour y conserver une épargne de précaution, et ce malgré le très faible rendement. ProtectionLes comptes d'épargne, à vue et à terme, bénéficient de la garantie des dépôts. Pour cette protection des épargnants, les banques versent une contribution au Fonds de garantie. Que le compte d'épargne soit réglementé ou non ne fait aucune différence. En cas de faillite d'un établissement financier, le Fonds de garantie intervient à concurrence de maximum 100.000 euros par banque et par client. Une protection temporaire de maximum 500.000 euros est prévue pendant une période de six mois si vous recevez un important versement notamment lié à la vente d'un logement ou à une assurance. FraisGénéralement, les comptes d'épargne n'entraînent aucuns frais directs. Par contre, certaines banques exigent parfois que l'épargnant ouvre simultanément un compte à vue pour lequel elles comptabilisent, la plupart du temps, des frais. FiscalitéEn 2021, les intérêts des comptes d'épargne réglementés sont exonérés de précompte mobilier à concurrence de 980 euros par personne. Au-delà de ce plafond, un précompte de 15% est prélevé sur les intérêts. Les intérêts des comptes d'épargne non réglementés sont soumis à un précompte de 30%. Durable ou non? Dans notre pays, il n'existe pour l'instant qu'un seul compte d'épargne réglementé qui a obtenu le label de durabilité Towards Sustainability : le VDK SpaarPlus Rekening. La banque Triodos propose aussi deux comptes d'épargne bénéficiant de ce label mais, depuis peu, celle-ci n'octroie plus d'intérêts aux épargnants puisqu'elle a transformé ces produits en comptes d'épargne non réglementés. De même, la nouvelle banque coopérative NewB a déjà fait savoir qu'elle optera pour un compte d'épargne non réglementé sur lequel les clients ne recevront pas d'intérêts. Risque: très faibleRendement annuel sur 5 ans: 0,1 à 0,5%CaractéristiquesLes comptes à terme et les bons de caisse sont souvent confondus. Ces deux produits d'épargne présentent pourtant des différences. Comme son nom l'indique, un compte à terme est un compte sur lequel vous déposez une somme d'argent pour une certaine durée. Un bon de caisse est par contre un titre représentant un emprunt que vous consentez à la banque. Un bon de caisse doit donc être conservé sur un compte-titres. L'inconvénient est qu'il peut entraîner des frais. L'avantage est que comme tout titre, un bon de caisse peut être revendu avant son échéance (même si les frais peuvent être conséquents). Dans la pratique courante, le compte à terme et le bon de caisse présentent toutefois le même objectif: essayer d'obtenir un rendement un peu plus intéressant que le compte d'épargne pour un placement sûr à moyen et long termes. ProtectionLe compte à terme comme le bon de caisse sont couverts par la garantie des dépôts bancaires. Les banques participent à la protection des épargnants en contribuant au Fonds de garantie. En cas de faillite d'un établissement financier, le Fonds de garantie intervient à concurrence de maximum 100.000 euros par banque et par client. Une protection temporaire de maximum 500.000 euros est prévue pendant une période de six mois si vous recevez un important versement notamment lié à la vente d'un logement ou à une assurance. FraisSi vous souhaitez récupérer votre argent avant l'échéance du compte à terme, vous devez vous adresser à votre banque. Généralement, en plus des frais administratifs, la banque exigera une indemnité de remploi. FiscalitéContrairement aux intérêts du compte d'épargne, ceux générés par un compte à terme ou un bon de caisse ne sont pas exonérés du précompte mobilier qui s'élève en l'occurrence à 30%. N'oubliez pas d'en tenir compte quand vous comparez le rendement des comptes à terme et des bons de caisse avec le taux de votre compte d'épargne. Durable ou non? Il n'existe pas de comptes à terme ou de bons de caisse ayant reçu le label de durabilité Towards Sustainability. Ce n'est toutefois pas réellement surprenant, ceux-ci ne faisant plus partie des priorités des banques alors que l'intérêt des investisseurs a fortement décru avec la chute des taux ces dernières années. Risque: très faibleRendement annuel sur 5 ans: 1,6% brut *CaractéristiquesUne assurance-vie de la branche 21 est un produit d'épargne dont la durée conseillée est d'au moins 8 ans pour des raisons fiscales. Son rendement se compose d'un rendement garanti et de participations bénéficiaires qui dépendent des résultats de l'assureur. Le niveau et la durée du rendement garanti varient selon les assureurs. Certains le garantissent uniquement la première année du contrat, d'autres pour les huit premières années, d'autres encore pour toute la durée de vie du produit. ProtectionEn Belgique, la réserve des assurances épargne de la branche 21 est protégée par la garantie des dépôts et ce jusqu'à 100.000 euros par personne et par assureur. Les compagnies belges paient à cet effet une cotisation au Fonds de garantie. Si vous avez souscrit un contrat auprès d'un assureur étranger, vous ne jouissez pas de cette protection. Par ailleurs, les contrats de branche 21 incluent une couverture décès. Vous pouvez ainsi désigner un ou plusieurs bénéficiaires, qui ne sont pas nécessairement les héritiers légaux, afin de protéger financièrement vos proches s'il devait vous arriver malheur. FraisÀ chaque versement, l'assureur déduit ce qu'on appelle des frais d'entrée. Ces derniers sont assez variés, allant de zéro jusqu'à 6%. Dans le pire des cas, pour chaque tranche de 100 euros, seulement 94 euros seront effectivement versés à votre contrat d'assurance. Dans ces conditions, vous commencez donc à épargner avec un sérieux retard. Nous vous conseillons de bien négocier. FiscalitéOutre les frais d'entrée, une taxe d'assurance de 2% est également prélevée sur chaque versement. Vous échappez au précompte mobilier dû sur les intérêts si vous conservez votre contrat de la branche 21 pendant au moins 8 ans et 1 jour. À noter que les contrats d'assurance-vie conclus dans le cadre d'une épargne pension échappent à la taxe d'assurance. Durable ou non? Actuellement, seules 14 assurances de la branche 21 ont obtenu le label belge pour la durabilité de Towards Sustainability. Elles sont toutes émises par AG Insurance. "Pour l'instant, l'offre est assez restreinte mais l'intérêt du secteur de l'assurance ne cesse de croître", affirme Tom Van den Berghe de la Central Labelling Agency. * rendement du produit AG Safe+ d'AG Insurance, leader du marché en Belgique Risque: élevéRendement annuel sur 5 ans: dépend des fonds sous-jacentsCaractéristiquesUne assurance-vie de la branche 23 est essentiellement un emballage contenant un ou plusieurs fonds d'investissement et parfois d'autres actifs comme de l'immobilier. Les rendements potentiels et les risques dépendent, dans une large mesure, de ces sous-jacents. Une assurance-vie de la branche 23 adossée à un fonds d'actions est aussi risquée que ce dernier. Il est fortement déconseillé d'investir dans des assurances-vie basées sur des actifs ou des structures opaques ou complexes. Il existe également des produits financiers dits de branche 44 combinant une branche 21 (capital garanti) à une branche 23 (capital non garanti). Les contrats de branche 23 peuvent être personnalisés. Le sous-jacent est alors un fonds dédié incluant un portefeuille d'investissement géré par un spécialiste ou une banque privée par exemple. Ces solutions personnalisées s'adressent aux investisseurs fortunés et sont notamment proposées par des assureurs luxembourgeois en Belgique. FraisLes assureurs facturent des frais d'entrée pouvant atteindre 6%, quand vous investissez. Chaque année, des frais de gestion d'environ 1% sont également prélevés. Il arrive aussi que des frais de sortie importants soient décomptés lorsque vous clôturez le contrat. Tout cela sans compter les frais inhérents aux investissements présents dans le contrat, notamment les frais de gestion des fonds d'investissement. FiscalitéUne taxe d'assurance de 2% est prélevée sur chaque versement dans le contrat. Mais les contrats de branche 23 échappent au précompte immobilier et à la taxe sur les opérations de Bourse. Les contrats luxembourgeois échappent aussi à la taxe sur les comptes-titres (de plus d'un million d'euros). Fiscalement, la branche 23 est donc assez intéressante, surtout pour des investissements à long terme. Durable ou non? La plupart du temps, une assurance-vie de branche 23 n'est guère plus qu'un fonds d'investissement existant ou que plusieurs fonds déguisés en assurance. La durabilité du produit de la branche 23 dépend des investissements sous-jacents. Les contrats de branche 23 de trois assureurs (AG Insurance, Argenta et KBC) ont reçu le label de durabilité belge Towards Sustainability. Risque: très élevéRendement annuel sur 5 ans: 14% brut *CaractéristiquesEn achetant une action d'une entreprise, vous en devenez copropriétaire. Votre rendement dépend de ce que l'entreprise génère comme résultats. Plus elle fait de bénéfices, plus elle peut distribuer de dividendes. Des résultats élevés soutiennent aussi le cours de Bourse même si d'autres éléments influencent le cours d'une action allant du contexte économique au sentiment de confiance des investisseurs notamment. Trop souvent, les investisseurs ont tendance à se concentrer sur l'évolution du cours et la plus-value potentielle pour évaluer la qualité d'un investissement. Pourtant, plusieurs études révèlent que plus de la moitié du rendement des actions provient des dividendes. Si vous investissez en Bourse, vous ne pourrez pas échapper aux indices qui, en fait, rassemblent différentes actions d'un marché comme le Bel 20 sur Euronext Bruxelles. Autre indice très connu, le Dow Jones, rassemblant 30 entreprises majeures aux USA, est essentiellement utilisé en référence à son très long historique remontant à 1896. Depuis, son cours a été multiplié par plus de 800. Toutefois, cette progression est loin de ressembler à un long fleuve tranquille. L'écart entre la pire année (-53% en 1931) et la meilleure (+63% en 1933) témoigne de l'extrême volatilité des cours, tout particulièrement en période de crise, plongeons et rebonds étant traditionnellement très rapides comme on l'a encore vu en 2020. ProtectionLorsqu'une société fait faillite, les actionnaires ne reçoivent que ce qu'il reste après avoir dédommagé tous les créanciers. Autant dire que cela s'assimile souvent à une perte totale. En Bourse, les cours des actions sont ainsi très sensibles à la santé financière des entreprises, une chute durable des résultats ou un emballement de l'endettement s'assimilant à des signaux d'alarme. Pour atténuer ces risques, il est indispensable de diversifier ses investissements entre un nombre important d'actions. FraisPour une opération d'achat ou de vente de moins de 5.000 euros sur Euronext Bruxelles, les frais de courtage vont globalement de moins de 10 euros pour les courtiers en ligne à une vingtaine d'euros. Les frais sont généralement un peu plus élevés sur les marchés étrangers. Auprès des banques classiques, vous devrez aussi tenir compte de coûts annuels comme les frais de dossier et/ou les droits de garde. FiscalitéL'achat et la vente d'actions sont soumis à une taxe sur les opérations de Bourse de 0,35%. Sur les dividendes que vous percevez, l'État impose un précompte mobilier de 30%, à quelques exceptions près. Depuis 2019, vous pouvez récupérer le précompte mobilier sur les 800 premiers euros de dividendes via votre déclaration fiscale. Durable ou non? Les entreprises subissent une pression croissante afin de respecter certaines normes éthiques et écologiques dans leurs activités commerciales. Elles reçoivent des questions à ce sujet de la part de grands investisseurs institutionnels. L'Union européenne prend également toutes sortes d'initiatives pour encourager les investissements durables. En Europe, l'accent est mis principalement sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. * Source: rendement annualisé sur 5 ans de l'indice des Bourses mondiales MSCI World au 31/03/2021. Risque: très élevéRendement annuel sur 5 ans: dépend du sous-jacentCaractéristiquesUn tracker ou ETF ( exchange traded fund) est un fonds coté en Bourse. Contrairement à un fonds classique géré pour atteindre le meilleur rendement possible, un ETF se contente généralement de copier un indice de référence. C'est ce qu'on appelle la gestion passive. Traditionnellement, les ETF répliquent des indices élargis comme le Stoxx 600, qui rassemble les 600 principales entreprises cotées en Europe, ou son pendant américain le S&P 500. À noter qu'un tracker peut aussi porter sur des indices liés aux marchés des obligations ou aux matières premières au sens large. Ce qui permet d'investir dans le coton, le cuivre, les droits d'émission de CO2 ou bien encore l'or. Le succès des ETF depuis 20 ans peut paraître intrigant. Mais il s'explique assez simplement. D'une part, les études démontrent que la majorité des gestionnaires de fonds actifs peinent à faire mieux que les indices de référence. D'autre part, l'absence de réelle gestion réduit les coûts. Enfin, l'offre d'ETF permet d'investir facilement et rapidement dans quantité de marchés. Cela peut aller des actions mondiales via l'indice MSCI All Country World qui englobe les 50 principales Bourses mondiales, à des indices pointus comme la fintech, certains types d'obligations, etc. ProtectionLes niveaux de risque entre un ETF sur des obligations souveraines de l'Allemagne et un autre sur les actions vietnamiennes sont évidemment complètement différents. Mais on peut comparer la structure des ETF. Les ETF physiques (ou à réplication physique) détiennent réellement les actions, obligations ou matières premières reprises dans l'indice. Les ETF synthétiques se contentent de répliquer la performance de l'indice via des produits dérivés, faisant intervenir une contrepartie. Les ETF physiques sont plus simples et sûrs. Les ETF synthétiques sont un peu moins chers en termes de coûts et sont les seuls disponibles pour certains marchés spécifiques. FraisLes frais de transaction des ETF/ trackers sont similaires aux actions. Les frais de gestion vont de moins de 0,1% par an pour certains grands indices internationaux comme le S&P 500 à 0,50% pour des produits beaucoup plus spécifiques. Cela reste, dans tous les cas, sensiblement inférieur aux fonds classiques pour lesquels les frais annuels vont de 1% à plus de 2%. FiscalitéLes achats et ventes d'ETF/ trackers sont soumis à la taxe sur les opérations de Bourse (TOB). Cette dernière est généralement de 0,12%. Un taux de 0,35% est prévu pour les produits non enregistrés en Europe, désormais interdits aux particuliers. Une TOB de 1,32% frappe les ETF de capitalisation (qui ne distribuent pas de dividende) enregistrés en Belgique mais cela concerne relativement peu de produits. Un précompte de 30% est prélevé sur les dividendes et une partie de la plus-value pour les ETF en obligations et les ETF synthétiques (peu importe leur sous-jacent). Durable ou non? Amundi, BNP Paribas, Candriam, DWS et BlackRock ont obtenu le label Towards Sustainability pour plusieurs ETF/ trackers qui dupliquent donc des indices tenant compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Il existe également des produits (labellisés ou non) ciblant des thèmes durables par excellence comme les énergies renouvelables. Risque: moyenRendement annuel sur 5 ans: 0,50%CaractéristiquesEn achetant une obligation, vous faites un prêt à une entreprise privée, publique ou à un État. En échange, vous recevez généralement des intérêts périodiques (trimestriels, semestriels ou annuels) et si tout va bien, à l'échéance, vous retrouvez la totalité de votre capital. Le coupon annuel peut être fixe (par exemple 2%) ou variable (par exemple un certain taux de référence sur les marchés + 0,2%). Si l'entreprise fait faillite ou que l'État fait défaut, les détenteurs d'obligations récupèrent généralement une partie de leur mise. La perte peut toutefois être sensible, jusqu'à plus de 80%. Le niveau exact dépend de ce qu'on appelle la séniorité de la dette. Globalement, une obligation senior est mieux protégée en cas de problèmes financiers qu'une obligation subordonnée mais offre un taux d'intérêt moindre. Il existe également ce qu'on appelle les obligations à coupon zéro. Dans ce cas, le détenteur ne reçoit pas de coupon périodique mais son rendement est représenté par la différence entre le prix d'achat et le prix de remboursement à l'échéance. Enfin, les obligations convertibles offrent un taux d'intérêt moindre mais peuvent être converties en actions de l'entreprise, ce qui permet de profiter d'une plus-value si son cours de Bourse se porte bien. ProtectionLe degré de sécurité de votre obligation dépend avant tout de l'émetteur de l'obligation. Les notes attribuées aux pays et entreprises par des agences comme Standard & Poor's, Moody's et Fitch peuvent vous aider à évaluer la solvabilité ou la capacité de remboursement d'un émetteur. Comme on l'a vu, le degré de séniorité intervient aussi dans la protection du capital. Sur les marchés obligataires, et a fortiori dans le contexte de taux actuels, la règle d'or est qu'il n'existe pas de rendement sans risque. FraisLorsque vous souscrivez à de nouvelles obligations, les frais, de l'ordre de 1,5% à 2%, sont inclus dans le prix d'émission. Vous pouvez également acheter des obligations existantes en Bourse. Dans ce cas, les coûts sont généralement plus élevés que pour des transactions en actions. FiscalitéVous êtes redevable d'une taxe sur les opérations de Bourse de 0,12% à l'achat et à la vente d'obligations existantes. Les banques retiennent 30% de précompte mobilier sur les intérêts mais la plus-value réalisée est exonérée d'impôts. Sauf pour les obligations à coupon zéro. Durable ou non? Le caractère durable ou non d'une obligation dépend des activités de l'entreprise ou de l'autorité qui l'émet. Les obligations vertes ou green bonds permettent aux autorités ou aux entreprises de récolter des fonds pour un projet en faveur du climat ou de l'environnement. Outre les obligations vertes, les obligations sociales connaissent également un succès grandissant car elles permettent de récolter des fonds pour un projet social. Risque: moyenRendement annuel sur 5 ans: 3%CaractéristiquesUn fonds de placement mixte vous permet d'investir à la fois en placements plus dynamiques (actions) et plus défensifs (obligations). Les fonds d'épargne-pension sont les fonds mixtes les plus populaires en Belgique. Nombre de fonds mixtes sont aussi présentés comme des fonds patrimoniaux. Ils intègrent une clé de répartition de référence entre actions et obligations afin de correspondre aux différents profils d'investisseurs. Il existe aussi des fonds mixtes flexibles permettant au gestionnaire d'adapter la répartition entre actions et obligations suivant les conditions de marché. Le rendement dépend alors davantage de la qualité de la gestion. À noter que nombre de fonds mixtes sont en réalité des fonds de fonds, le gérant du fonds mixte investissant principalement dans d'autres fonds. ProtectionLes fonds mixtes n'offrent pas la moindre garantie de rendement ou de conservation du capital. On ne peut donc exclure de lourdes pertes en fonction du profil de gestion du fonds. Au niveau structurel, vous bénéficiez par contre de plusieurs protections. Tout d'abord, les courtiers et sociétés de gestion sont soumis à de multiples contrôles limitant drastiquement le risque de malversation. Si une société parvenait malgré tout à organiser une fraude, le Fonds de garantie interviendrait à concurrence de 20 000 euros par personne et par institution financière pour tous les instruments financiers (fonds, actions, obligations...). FraisLorsque vous investissez dans un fonds mixte, vous devez payer des frais d'entrée qui peuvent aller de 0 à 6%. Les différents coûts subis par le fonds (pour acheter et vendre des titres...), les frais de gestion et parfois une commission de performance sont directement prélevés au sein du fonds et intégrés dans la valeur publiée. Tous les frais doivent être mentionnés dans la fiche d'information. FiscalitéIl n'y a pas de taxe sur les opérations de Bourse (TOB) à l'achat de parts de fonds. Mais lorsque vous les revendez, le fisc prélève une TOB de 1,32% sur les parts de capitalisation (ne distribuant pas de dividende). Un précompte mobilier de 30% est aussi prélevé sur une partie de la plus-value des fonds qui ne sont pas entièrement investis en actions. Si le fonds distribue un dividende (parts de distribution), vous devrez payer 30% de précompte mobilier sur celui-ci. Durable ou non? "Les fonds de placement mixtes et les fonds de placement en général constituent le plus grand groupe de produits financiers durables", déclare Tom Van den Berghe, managing director à la Central Labelling Agency, l'ASBL belge qui attribue des labels durables aux produits bancaires et d'assurance. Il est également plus facile de rendre un fonds durable plutôt que toute une institution financière. Par exemple, les fonds d'épargne-pension de Belfius, BNP Paribas Fortis, Crelan, KBC, ING et VDK se sont déjà vu décerner le label Towards Sustainability.Risque: moyenRendement annuel sur 5 ans: dépend du type de produitCaractéristiquesUn produit structuré est un produit de placement complexe, combinant plusieurs instruments financiers, d'une durée généralement comprise entre 4 et 8 ans. Les plus courants sont les obligations structurées qui offrent généralement une protection du capital (totale ou partielle). Le rendement d'un produit structuré dépend habituellement d'une ou de plusieurs conditions. Ces conditions peuvent être très diverses et compliquées à comprendre. C'est pourquoi l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) a durci le ton depuis une dizaine d'années et veille à ce que les produits structurés trop complexes ou trop peu transparents ne soient plus proposés aux particuliers. La chute des taux d'intérêt a aussi porté un sérieux coup aux obligations structurées puisque la protection du capital est constituée par un produit de taux (obligation, etc.). Quand les taux sont élevés, cela laisse un important reliquat à investir en produits dérivés pour obtenir le rendement du produit structuré. Quand ils sont bas, il reste par contre peu de marge de manoeuvre. ProtectionPour la plupart des obligations structurées, les banques promettent une protection du capital de 90 ou 100%. À noter que cette protection ne s'applique qu'à l'échéance (donc pas en cas de revente en cours de route) et n'inclut pas les frais d'entrée. Il existe aussi des produits structurés d'un autre type sans protection du capital. Dans tous les cas, veillez à bien vous renseigner avant d'investir. En termes de garantie, les produits structurés s'assimilent aux instruments financiers (actions, obligations, fonds...). Vous en restez donc propriétaire même si votre banque fait faillite. En cas de fraude (hautement improbable), le Fonds de garantie intervient à concurrence de maximum 20 000 euros par personne et par institution pour tous les instruments financiers. FraisLes produits structurés impliquent souvent des frais d'entrée relativement élevés ainsi que des frais de sortie/transaction en cas de rachat avant l'échéance. À noter que d'autres frais (frais de structuration pour le concepteur du produit, commissions pour le distributeur) sont directement décomptés dans le prix d'émission. FiscalitéEn matière d'obligations structurées, le précompte mobilier est de 30% sur la plus-value réalisée à l'échéance (et les éventuels paiements d'intérêts intermédiaires). Pour les autres produits structurés, la fiscalité dépend des actifs sous-jacents. Durable ou non? Il existe cinq produits structurés dotés d'un label de durabilité dans la base de données de l'initiative Towards Sustainability de l'ASBL Central Labelling Agency. Tous les cinq sont émis par BNP Paribas Fortis ou AG Insurance. "La durabilité des obligations structurées est difficile à déterminer, estime Tom Van den Berghe de la Central Labelling Agency . Elle dépend en effet du contenu de durabilité de l'institution financière qui les émet." Risque: moyenRendement annuel sur 5 ans: 5%CaractéristiquesL'or physique n'a que peu d'utilité économique, la bijouterie et les technologies n'absorbant qu'une partie de la production. Il ne génère en outre aucun revenu. Cet investissement historique est donc extrêmement difficile à valoriser et attise les passions, même parmi les professionnels de la finance. Les uns considèrent que tout portefeuille doit contenir un peu d'or pour le protéger des risques de crise. Les autres le voient comme une relique barbare inutile. Au jour le jour, le cours de l'or est fortement influencé par le dollar, devise de référence pour le marché aurifère, et les taux d'intérêt. Quand les taux sont bas, la perte implicite de rendement liée au choix de l'or plutôt qu'un produit de taux, comme une obligation ou un compte d'épargne, est moindre. Les spécialistes suivent même surtout les taux d'intérêt réels, c'est-à-dire le taux diminué de l'inflation. En effet, l'or est censé être une protection contre l'inflation vu sa quantité limitée sur Terre. ProtectionL'or sert essentiellement de valeur refuge, surtout en période de tensions comme durant la crise bancaire 2008-2009, la crise des dettes souveraines de la zone euro en 2011-2012 ou plus récemment la pandémie en 2020. Avec le succès des ETF sur l'or, bien plus faciles à traiter que des pièces ou lingots, l'impact des crises sur les cours de l'or est devenu très rapide. L'année dernière, l'once a ainsi atteint un nouveau record à plus de 2 000 $ l'once alors que les ETF ont acquis un record de 877 tonnes d'or au cours de l'année. Cependant, cette rapidité joue dans les deux sens puisque la demande des ETF peut aussi être négative et peser sur les cours. Exemple: entre 2013 et 2015 quand les craintes entourant l'avenir immédiat de la zone euro se sont dissipées. FiscalitéLes investissements en pièces ou lingots d'or sont exonérés d'impôts, contrairement à d'autres métaux précieux soumis à la TVA. Pour les ETF et trackers sur l'or, une taxe sur les opérations de Bourse de 0,12% est généralement due à l'achat et à la vente. FraisPour les pièces et lingots, les frais sont généralement intégrés dans la différence (substantielle) entre les prix acheteur et vendeur affichés par les négociants. Vous devrez aussi tenir compte de frais de conservation (location d'un coffre, etc.). Pour les ETF/trackers en or, les frais d'achat et de vente sont similaires à tout ordre boursier et les frais de gestion annuels tournent autour de 0,4%. Durable ou non? Selon Amnesty International, c'est principalement dans l'industrie gazière, pétrolière et minière que l'on trouve des entreprises bafouant les droits de l'Homme. On peut en effet s'interroger sur les conditions dans lesquelles les mineurs doivent travailler, sur la corruption, etc. Sans oublier l'impact sur l'environnement. L'exploitation minière laissera toujours des traces. Alors que certaines matières premières sont essentielles pour faire fonctionner l'économie, voire irremplaçables, l'or n'en fait pas partie ou de façon marginale pour certaines utilisations technologiques (environ 10% de la production minière). Bien sûr, une mine n'est pas l'autre et le recyclage du "vieil or", celui des bijoux par exemple, est une pratique répandue.