La N-VA serait-elle à ce point rabique à l'égard de la sortie du nucléaire qu'elle mette en jeu ses propres principes ainsi que le porte-monnaie du Flamand? Nous l'ignorons et le parti le dément formellement mais les complications liées à une centrale au gaz à Vilvorde le laissent entendre.
...

La N-VA serait-elle à ce point rabique à l'égard de la sortie du nucléaire qu'elle mette en jeu ses propres principes ainsi que le porte-monnaie du Flamand? Nous l'ignorons et le parti le dément formellement mais les complications liées à une centrale au gaz à Vilvorde le laissent entendre. Engie y planifie une centrale au gaz qui, d'ici à 2045, produirait une énergie neutre pour le climat et qui a obtenu le feu vert de tous les pouvoirs publics flamands pertinents. [...]Sur la base de tous ces avis positifs, la commission provinciale chargée des permis d'environnement s'est montrée à son tour positive. Mais la province du Brabant flamand vient d'opposer un "niet". Parce que la centrale émettrait bel et bien trop d'azote, d'ammoniaque et de CO2. Il se peut que la députation balaie les avis des experts par un profond souci lié au climat et à l'environnement. Il paraît aussi plausible que la province, où la N-VA prédomine, s'oppose à la centrale au gaz parce que le parti, de cette manière, tente de bloquer la sortie du nucléaire. [...] S'il devait en être ainsi, la N-VA contredirait de manière flagrante ses propres principes. Elle est par excellence le parti qui souligne continuellement l'importance de la sécurité en matière d'investissement. [...] Il serait tout aussi étrange que la N-VA fasse en sorte que les éventuels subsides pour les centrales au gaz dans le cadre de la sortie du nucléaire filent plutôt en Wallonie, où quatre des sept centrales au gaz sont prévues. Une centrale de moins dans cette compétition signifierait des prix plus élevés que le Flamand pourrait ressentir dans sa facture d'énergie.