Malgré la collaboration avec Ecolo, le parti frère flamand Groen ! est loin d'engranger le même succès. Explications.
...

Malgré la collaboration avec Ecolo, le parti frère flamand Groen ! est loin d'engranger le même succès. Explications. Tandis que Ecolo a le vent en poupe, Groen !, le petit frère flamand avec qui il forme un groupe commun à la Chambre, continue de ramer. 6 à 7 % d'intentions de vote, pas de quoi pavoiser, mais le score reste conforme à la moyenne européenne. La Flandre serait-elle moins verte ? " Au Nord, on croit qu'on a intégré depuis longtemps les préoccupations environnementales, et que l'existence d'un parti écologiste ne se justifie plus, estime Eric Biérin, porte-parole d'Ecolo. Or, en Flandre, il n'y a plus une seule rivière propre... ". Mais l'écologie va bien au-delà, et c'est là que ça patine : " Ecolo a enclenché plus tôt que nous des réflexions fondamentales sur l'économie ", reconnaît le député Wouter De Vriendt. Les difficultés de Groen ! sont surtout liées à un échiquier politique différent. Du côté francophone, Ecolo se révèle comme l'unique parti d'opposition, attirant du coup les caméras et les votes protestataires. Le paysage politique flamand, déjà très marqué à droite, est en plus caractérisé par l'éparpillement. Le vote de rejet n'a que l'embarras du choix, entre SP.A, Vlaams Belang et surtout Lijst Dedecker. Conséquence : Groen ! a beaucoup de mal à sortir de sa " niche " environnementale, vu que, sur les autres thèmes, il doit se frotter à une solide concurrence. Après la bérézina des verts belges en 2003, le parti flamand, qui s'appelait encore Agalev (Anders gaan leven, c'est-à-dire Vivre autrement), a disparu de l'hémicycle fédéral. Les relations avec Ecolo se sont un peu raidies, les verts flamands l'accusant d'être davantage responsable de la défaite. Cette réaction a freiné leur capacité à rebondir, mais la collaboration est à nouveau optimale, et Groen ! (4 élus à la Chambre, 2 au Sénat, 6 au parlement flamand, 1 au Parlement bruxellois) a retrouvé l'apaisement après une période houleuse. Mais il manque de figures emblématiques : entre nouvelles recrues et départ des anciens, la présidente Mieke Vogels semble parfois bien seule. On est loin de la " dream team " d'Ecolo... Enfin, sur le terrain communautaire, Groen ! marche sur des £ufs. La collaboration avec Ecolo a vite fait de les transformer en traîtres de la cause flamande, notamment sur le dossier des nuisances aériennes et de la défense de Bruxelles. Partisan de la scission de BHV, le parti s'est abstenu en commission de l'Intérieur, une attitude dictée par la nécessité de maintenir une position commune avec Ecolo. " Les grands enjeux du pays ne s'arrêtent pas à la frontière linguistique ", souligne Wouter Devriendt. Le tout est de le faire comprendre à des électeurs davantage tentés par le repli sur soi.F. J. d'O.