Annoncée en août, l'arrivée de François Fornieri (photo) à la tête du Standard de Liège au côté de Bruno Venanzi a donc capoté pour des raisons non encore élucidées. On peut en revanche lever un coin du voile sur le deal. Les discussion...

Annoncée en août, l'arrivée de François Fornieri (photo) à la tête du Standard de Liège au côté de Bruno Venanzi a donc capoté pour des raisons non encore élucidées. On peut en revanche lever un coin du voile sur le deal. Les discussions entre les deux hommes ont démarré en mai et un accord a été signé le 30 juillet. Il prévoyait que Fornieri paie à Venanzi, pour le 30 octobre au plus tard, 2,1 millions d'euros. Soit 10% du montant correspondant à la moitié des actions du Standard que Fornieri s'engageait à racheter à Venanzi pour 21 millions. Les 90% restants (18,9 millions) devaient être versés pour le 31 décembre 2021. Fornieri s'était également engagé à investir 1,9 million d'euros dans l'Immobilière du Standard de Liège, qui a racheté le stade au club. Il devait donc réunir quatre millions cash pour la veille d'Halloween, ce qu'il n'a pas été en mesure de faire. D'où la rupture entre les deux hommes qui se menacent mutuellement de procès. Fornieri avait déjà désigné les deux administrateurs chargés de le représenter au CA des Rouches: Gaëtan Servais (CEO du fonds d'investissement public liégeois Noshaq) et Christophe Maréchal (directeur financier de Mithra).