Un suicide est rarement un geste impulsif : dans la plupart des cas, il est précédé de pensées morbides, tantôt vagues, tantôt très concrètes. Elles sont présentes à un moment ou l'autre de la vie chez environ un Belge sur dix.
...

Un suicide est rarement un geste impulsif : dans la plupart des cas, il est précédé de pensées morbides, tantôt vagues, tantôt très concrètes. Elles sont présentes à un moment ou l'autre de la vie chez environ un Belge sur dix. Le soutien des proches peut contribuer à éviter le passage à l'acte. Encore faut-il détecter rapidement les idées suicidaires et proposer une aide adaptée. - La personne avec des idées suicidaires présente des sentiments très négatifs ou des sautes d'humeur. Elle souffre de troubles du sommeil, adopte des comportements à risque ou se replie sur elle-même. - Elle donne l'impression de faire ses adieux à ses proches. - Elle exprime des pensées suicidaires concrètes, par exemple en faisant des projets pour mettre fin à ses jours, en menaçant de s'automutiler, en parlant de la mort en personne ou sur les réseaux sociaux, etc. - Avant tout, restez calme et ouvrez le dialogue Prenez le temps nécessaire pour parler. - Osez interroger la personne sur ses pensées suicidaires. Si elle n'a pas envie de parler, respectez sa décision. Demandez-lui si elle préfère en parler à quelqu'un d'autre ; vous pouvez l'aider à trouver un interlocuteur. - Exprimez votre inquiétude et écoutez sans juger. Essayez de ne pas trop parler de vous-même. - Respectez l'intimité de votre interlocuteur, mais ne lui promettez pas de garder la situation pour vous. - Restez présent. Conservez votre rôle de parent, d'ami, de collègue... - Encouragez la personne à faire appel à un aidant professionnel. Si elle ne souhaite pas être aidée, prenez patience sans baisser les bras. - Si vous avez des craintes concrètes, consultez vous-même un professionnel. - Reconnaissez et acceptez vos propres émotions. Faites appel au soutien de vos proches sans porter atteinte à la vie privée de la personne suicidaire. - Gardez à l'esprit que vous n'êtes pas responsable du comportement de la personne que vous voulez aider.