Quand le couple de propriétaires a fait appel aux architectes, l'idée ne consistait ni à agrandir la maison ni à la modifier en profondeur. Il souhaitait surtout que le jardin devienne le point de mire de la cuisine et de la salle à manger (situées en retrait de plusieurs mètres). Pour déplacer le centre de gravité de la maison vers le jardin, les architectes Sibrine Durnez et François-Xavier Martiat ont imaginé l'ajout d'un volume vitré. Inséré entre la cuisine existante et le mur mitoyen, il crée une ouverture et, en même temps, une astucieuse séparation. L'ouverture provient de la transparence et de l'e...

Quand le couple de propriétaires a fait appel aux architectes, l'idée ne consistait ni à agrandir la maison ni à la modifier en profondeur. Il souhaitait surtout que le jardin devienne le point de mire de la cuisine et de la salle à manger (situées en retrait de plusieurs mètres). Pour déplacer le centre de gravité de la maison vers le jardin, les architectes Sibrine Durnez et François-Xavier Martiat ont imaginé l'ajout d'un volume vitré. Inséré entre la cuisine existante et le mur mitoyen, il crée une ouverture et, en même temps, une astucieuse séparation. L'ouverture provient de la transparence et de l'espace gagné à l'intérieur, côté cuisine, tandis que la séparation entre le jardin et l'ancienne cour a permis de créer un patio entre le mur mitoyen, la cuisine et la salle à manger. A l'origine, la cuisine était petite, assez sombre, et précédée par un coin à manger également étriqué et en manque de lumière, dont elle était partiellement séparée par un mur. Cette longue pièce compartimentée était encore isolée du couloir de l'entrée par un sas sombre. Les murs ont été supprimés pour former une grande cuisine à vivre. Le nouvel espace reste bien dégagé (il n'accueille pour tout mobilier que deux sièges et une petite table basse) afin de maintenir la vue sur l'extérieur depuis la salle à manger principale, qui se trouve au centre de la maison. La séparation entre les anciens carreaux de ciment d'aspect vintage et le sol en chêne de l'extension vitrée, apporte une touche d'authenticité. La porte pleine d'époque qui assurait la transition entre le hall et la cuisine a été remplacée par une porte vitrée, plus légère et plus fine. " Dès que nous franchissons la porte d'entrée, notre regard est inévitablement attiré vers le jardin, se réjouit Anne. " La vue bien dégagée à l'arrière du jardin, pourtant muré, permet de voir les coteaux arborés au loin. Ce dégagement amplifie l'aspect aérien du cube en verre. Une fois à l'intérieur, on profite doublement du décor. Quant au patio, il a son identité propre : les petits pavés ont fait place à un sol couvert de cailloux, et de nombreuses plantes en pot habitent l'espace. Petit détail que fait remarquer l'architecte François-Xavier Martiat : quelques cailloux blancs paillettent les cailloux sombres, pour une touche lumineuse. Tant de la cuisine, devant la grande fenêtre, que de la salle à manger, le patio apparaît comme un prolongement naturel de l'espace et invite les rayons du soleil. Autre point intéressant du projet : le mur mitoyen, élément bien visible, est resté dans son état naturel. Les vieilles briques donnent du cachet et tranchent avec la modernité du verre. En conclusion, une rénovation sobre, efficace et esthétique, qui instaure une belle harmonie avec l'extérieur. Réalisation : Martiat+Durnez architectes. Ce mois-ci dans Je vais Construire ? Les plaisirs d'une piscine extérieure compacte ? La construction en béton préfabriqué sous la loupe ? Qu'attendre de votre architecte si vous effectuez les travaux vous-même ? www.jevaisconstruire.be Vanessa Uyttenhove