Les relations entre les soignants, en particulier les médecins, et les malades a bien évolué. Et avec elles, la façon de communiquer des uns et des autres. Une évolution qui s'est faite progressivement, depuis la cristallisation des soins de santé sur les hôpitaux, au XIXe siècle, comme l'explique Dan Lecocq, Maître de conférences et chercheur à l'Ecole de Santé publique (ESP), ULB : " Du fait de l'explosion du savoir médical, les médecins sont devenus les experts de la maladie et ont ainsi pris le pouvoir dans les hôpitaux. Ils ont occupé le sommet d'un système très hiérarchisé et ainsi basé leur autorité sur ces savoirs scientifiques incontestables. Leur influence s'est progressivement étendue à l'ensemble du système même des soins de santé. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir émerger une demande collective de transparence et une remise en cause de ce savoir absolu, notamment suite à la révélation d'expérimentations médicales contraires à l'éthique. Cette revendication s'est étendue à la relation entre médecin et patient. "
...