Ils en auront pris pour au moins dix ans, sans espoir de remise de peine. Une décennie, au bas mot, à devoir faire antichambre en Wallonie et à la Région bruxelloise. Douloureux à vivre pour le Mouvement réformateur, dont la cure d'opposition régionale, entamée en 2004, se prolonge pour cinq ans. Le MR n'est plus seul dans l'adversité : en Flandre, l'Open VLD partage son infortune après s'être fait éjecter du gouvernement régional. Il ne reste plus guère à la famille libérale qu'un gouvernement fédéral boiteux pour sauver la mise. On déprimerait ou on se rebifferait pour moins que ça.
...

Ils en auront pris pour au moins dix ans, sans espoir de remise de peine. Une décennie, au bas mot, à devoir faire antichambre en Wallonie et à la Région bruxelloise. Douloureux à vivre pour le Mouvement réformateur, dont la cure d'opposition régionale, entamée en 2004, se prolonge pour cinq ans. Le MR n'est plus seul dans l'adversité : en Flandre, l'Open VLD partage son infortune après s'être fait éjecter du gouvernement régional. Il ne reste plus guère à la famille libérale qu'un gouvernement fédéral boiteux pour sauver la mise. On déprimerait ou on se rebifferait pour moins que ça. Le MR et l'Open VLD sont entrés en zone de turbulences. Chacun à leur manière. Au nord, c'est la très jeune garde du parti qui donne de la voix et prend la plume. Une douzaine de jeunots qui affichent à peine la trentaine, en majorité parlementaires, n'ont pas mâché leurs mots : l'Open VLD s'est gravement fourvoyé dans un pragmatisme et des calculs tactiques stériles, il doit cesser d'occuper le pouvoir pour le pouvoir, et retrouver ses racines authentiquement libérales. Quitte à larguer le gouvernement fédéral. Aucun missile n'a été décoché vers la présidence. Logique : son titulaire, Bart Somers, a jeté l'éponge au soir de la débâcle électorale. Pareille insolence collective aurait dû cabrer le top du parti, horrifié de découvrir parmi les frondeurs plusieurs " fils de ", promis à un bel avenir au sein de l'Open VLD : Alexander De Croo, Jean-Jacques De Gucht, Willem-Frederik Schiltz, emmenés par Mathias De Clercq, 28 ans, le poulain de Guy Verhofstadt. Le coup était monté : les pseudo-mutins avaient l'entière bénédiction du Grand Bleu. Pressé de propulser la jeune génération aux commandes lâchées par les De Gucht père et autres Dewael. Au MR, point de jeunes turcs à l'horizon pour porter une contestation bien orchestrée. Mais des voix discordantes qui se font entendre en termes choisis. Et quelques réfractaires déclarés qui se manifestent en ordre plus ou moins dispersé. Après le coup de gueule du chef de file du MCC Gérard Deprez, ce fut la ruade de la députée-bourgmestre de Jurbise, Jacqueline Galant, et du député-bourgmestre de Jodoigne, Jean-Paul Wahl. " Une démarche groupée est toujours préférable. Encore faut-il que les gens osent ", confie Jacqueline Galant. C'est qu'au MR quelqu'un retient les langues de se délier : un président encore en exercice. Qui consent à reconnaître partiellement ses torts. Mais reste déterminé à s'accrocher à la tête du parti, sans vouloir faire mine de lâcher sa fonction de ministre des Finances. " Vous trouverez toujours autant de jeunes parlementaires prêts à soutenir Didier Reynders et le maintien de sa double casquette. L'Open VLD vient de subir sa deuxième défaite électorale consécutive. Avec Reynders, nous avons gagné le scrutin fédéral de juin 2007 sans connaître une dégelée en 2009. D'accord donc pour se remettre en question, mais pas au point de s'autoflageller comme un moine ", confie un député MR. Ni d'opérer le virage à haute teneur idéologique réclamé par les jeunes loups flamands. " L'Open VLD veut sauvegarder son core business. Le défi du MR est d'un autre ordre : devenir un parti populaire, sans tomber dans des excès de positionnement à droite qui le marginaliseraient ", estime le FDF Didier Gosuin, chef de groupe du MR bruxellois. " Nous devons davantage insister sur le volet réformateur du MR et mettre fin au fétichisme libéralo-libéral ", abonde le député fédéral Denis Ducarme. Les chemins du MR et de l'Open VLD se séparent sur la délicate voie de leur refondation. Pierre HavauxLe mr et l'open vld se séparent sur la voie de leur refondation