Comme beaucoup de pensionnés convaincus que l'état de notre environnement mérite un effort, je voyage peu et j'économise au mieux l'énergie. Je ne consomme que le nécessaire et me déplace à vélo ou en transports en commun le plus souvent possible. J'ai une petite voiture d'occasion, diesel hélas, mais encore utilisable pour mes vieux jours, comme me l'avait conseillé le vendeur et comme m'y avait poussé l'Etat par sa taxation incitative. Je parcours environ 5 000 kilomètres par an, vacances comprises, pour mes déplacements, essentiellement par mauvais temps ou pour diverses activités impossibles sans voiture. Eh bien figurez vous que c'est trop ! Fini tout ça, diesels interdits ! Et pendant ce temps, les avions détaxés lâchent leurs tonnes de CO2 et d'oxydes d'azote sur la ville. Les gros SUV de société l'envahissent tous les jours. Le RER est dans les limbes. Je n'ai pas les moyens de racheter un autre véhicule et celui que j'ai ne vaudra plus rien. Aucune prime prévue pour nous. Alors, à 72 ans... en trottinette peut-être ?