D'après des chiffres récents de l'association professionnelle internationale des chirurgiens plasticiens, le comblement des rides à l'aide de fillers gagne en popularité, avec 37.000 traitements réalisés en 2017. " Une évolution assez logique, sachant que cette technique présente de nombreux avantages, estime le dermatologue Thomas Maselis. Elle permet d'obtenir de très beaux résultats et, contrairement à la chirurgie esthétique, elle n'est pas suivie d'une période de rétablissement : vous pouvez immédiatement reprendre le cours de votre vie. "
...

D'après des chiffres récents de l'association professionnelle internationale des chirurgiens plasticiens, le comblement des rides à l'aide de fillers gagne en popularité, avec 37.000 traitements réalisés en 2017. " Une évolution assez logique, sachant que cette technique présente de nombreux avantages, estime le dermatologue Thomas Maselis. Elle permet d'obtenir de très beaux résultats et, contrairement à la chirurgie esthétique, elle n'est pas suivie d'une période de rétablissement : vous pouvez immédiatement reprendre le cours de votre vie. " Il y a une grande différence entre botox et produits de comblement, souligne le Dr Maselis : " Le botox est un produit qui bloque la connexion entre un nerf et un muscle afin de limiter les contractions de ce dernier. Ce mécanisme d'action en fait une option intéressante pour les sillons qui résultent de l'activité musculaire, comme les pattes d'oie et autres rides d'expression qui se marquent sur le front, entre les sourcils, sur le nez... Les produits de comblement compensent pour leur part la perte de volume qui intervient au niveau du visage sous l'effet du vieillissement. Ils se prêtent donc surtout au traitement des rides statiques, qui se forment sous l'effet de la gravité. " Citons par exemple les plis nasolabiaux qui vont des ailes du nez au coin des lèvres, le contour de la bouche, les joues affaissées ou les commissures tombantes. Avec l'âge, la peau perd de son élasticité, les muscles prennent un coup de mou, la graisse sous-cutanée fond comme neige au soleil et la masse osseuse aussi tend à diminuer. Résultat ? Le visage perd du volume au niveau des pommettes et des orbites, dont la forme arrondie devient de plus en plus ovale. Comme l'explique le dermatologue, les fillers permettent alors de combler cette perte de volume et de remodeler le visage... du moins chez les patients qui peuvent se le permettre, car il s'agit de produits relativement onéreux : raffermir un visage affaissé nécessitera parfois 10 à 12 injections, dont le prix atteint facilement 300? l'unité. On vous laisse faire le calcul... " Le coût se chiffre effectivement en milliers d'euros pour le traitement intégral du visage, informe Thomas Maselis. Quelques interventions ciblées suffiront toutefois déjà à lui donner un net coup de jeune au prix d'une ou deux injections. Précisons néanmoins que le résultat est toujours temporaire : l'effet des produits les plus légers persiste de six mois à un an, celui d'un comblement plus profond d'un an et demi à deux ans. " Plus concrètement, le traitement consiste à injecter le produit de comblement sous l'épiderme, où il va attirer et fixer du liquide et boucher ainsi rides et sillons. L'injection se fait à l'aide d'une aiguille ou d'une canule. " L'aiguille présente l'avantage d'une injection extrêmement précise, par exemple au plus près des pommettes, explique Thomas Maselis. Son grand inconvénient est que, si le produit se trouve par malheur injecté dans une artère, il risque de provoquer une nécrose de la peau... ou même une cécité si l'on touche un vaisseau sanguin qui approvisionne l'oeil. " Ce risque n'existe pas avec la canule. " On introduit via un tout petit trou dans la peau un fin tuyau, percé sur le côté pour laisser échapper le produit. Les vaisseaux sanguins seront simplement écartés par le dispositif, qui n'est pas en mesure de les percer. " Les risques de manipulation justifient de s'adresser toujours pour ce type de traitement à un spécialiste parfaitement au fait de l'anatomie du visage - comprenez, un dermatologue ou chirurgien esthétique rôdé à l'injection de fillers et qui utilise des produits de qualité. " Cela peut sembler évident, mais je vous assure qu'il y reste encore pas mal d'ivraie dans le bon grain, souligne le Dr Maselis. Des 'filler parties' sont organisées, avec des médecins en provenance des pays de l'Est qui viennent ici juste le temps de réaliser une série de traitements avec des produits dont la qualité n'est pas contrôlée... Inutile de vous expliquer qu'il vaut mieux éviter ce genre de personnages. " Des produits de qualité peuvent aussi être déconseillés : c'est le cas des produits définitifs, comme le collagène, autrefois utilisé pour le comblement des rides. Il a aujourd'hui largement cédé la place à l'apatite de calcium ou à l'acide hyaluronique, deux substances propres à l'organisme et parfaitement dégradables. Et ce dernier point est très important, souligne le médecin : " Il existe encore sur le marché des produits de comblement permanents, mais leur usage est fermement déconseillé. Par exemple, en cas d'allergie, la personne risque fort de souffrir de problèmes persistants. Avec les produits de comblement temporaires, une éventuelle réaction disparaîtra au contraire après quelque temps ; en cas de besoin, nous pouvons même injecter une substance qui provoque la dégradation accélérée de l'acide hyaluronique. " Peur de vous retrouver avec des lèvres en bec de canard ou un visage complètement gonflé en cas d'accroc ? Prenez le temps de discuter de vos attentes et du plan de traitement avec le médecin avant de passer à l'acte, sans oublier le coût total. " Si on voit qu'un visage a été retravaillé, c'est que l'intervention n'a pas été bien faite ", conclut Thomas Maselis.