Qu'il s'agisse de la décharge ou de l'incinération, le coût de l'élimination des déchets ne cesse de grimper. Tous, nous payons très cher cette destruction, via des taxes et des redevances. Les sacs bleus et jaunes, de même que les collectes sélectives porte à porte, permettent déjà d'opérer un sérieux allégement de la poubelle classique. Leur contenu est théoriquement recyclé ou éliminé d'une façon respectueuse de l'environnement. Destinés à compléter ces sacs sélectifs, les parcs à conteneurs font dorénavant partie du paysage. Il en existe 180 en Wallonie, ils sont plutôt nommés "déchetteries" à Bruxelles. Outre les traditionnels papiers, plastiques et déchets "verts" ou encombrants, on peut y évacuer des produits dont la liste ne cesse de s'allonger: litières d'animaux et graisses de friture, bouchons en liège, capsules et capuchons, bidons d'huile, aérosols, emballages multimatières (les "briques"), déchets ch...

Qu'il s'agisse de la décharge ou de l'incinération, le coût de l'élimination des déchets ne cesse de grimper. Tous, nous payons très cher cette destruction, via des taxes et des redevances. Les sacs bleus et jaunes, de même que les collectes sélectives porte à porte, permettent déjà d'opérer un sérieux allégement de la poubelle classique. Leur contenu est théoriquement recyclé ou éliminé d'une façon respectueuse de l'environnement. Destinés à compléter ces sacs sélectifs, les parcs à conteneurs font dorénavant partie du paysage. Il en existe 180 en Wallonie, ils sont plutôt nommés "déchetteries" à Bruxelles. Outre les traditionnels papiers, plastiques et déchets "verts" ou encombrants, on peut y évacuer des produits dont la liste ne cesse de s'allonger: litières d'animaux et graisses de friture, bouchons en liège, capsules et capuchons, bidons d'huile, aérosols, emballages multimatières (les "briques"), déchets chimiques, etc. Chaque commune ou intercommunale est tenue de donner des informations précises sur leur localisation, de même que sur les ramassages sélectifs à domicile (A Bruxelles: Agence Bruxelles-propreté: 0800 98181. Ailleurs: contacter la commune ou l'intercommunale locale). Certaines communes offrent des facilités pour les personnes à mobilité réduite.2/Sacs et emballages: tout bien pesé... Trier, c'est bien. Mais cela ne diminue en rien la montagne de détritus à gérer. Chaque Belge rejette, par exemple, 25 kilos de plastiques par an, dont un pourcentage très réduit est finalement recyclé. Rien que dans la capitale, 100 millions de sacs de sortie de caisse sont distribués chaque année par les grandes surfaces. Ils finissent à l'incinérateur ou, dans d'autres régions, à la décharge. Privilégiez les sacs réutilisables ou les casiers, à stocker aux endroits stratégiques (coffre de voiture, bureau). Préférez l'emballage de boisson consigné au jetable. Bannissez les bières en plastique jetable, qui - un comble - tentent depuis peu une percée dans les rayons. Donnez la priorité aux produits qui renoncent au suremballage (40% du poids des poubelles), particulièrement dans les secteurs de l'alimentation, des textiles et des cosmétiques. Achetez en vrac ou à la découpe, privilégiez les grands conditionnements aux multiples petits pots. Intéressant: l'expérience de l'Institut bruxellois pour la gestion de l'environnement (IBGE) démontre une économie moyenne de 5,95 euros (240 francs) par caddie de 10 objets courants, s'ils sont "écologiques".3/Papier: recyclé, sans chlore Utilisez un maximum de papier recyclé. Sa production économise environ 90% d'eau et 50% d'énergie par rapport à celle du papier vierge. Le blanchiment du papier pose également de gros problèmes de pollution aux rivières lorsque du chlore est utilisé. De plus en plus, les producteurs lui préfèrent l'eau oxygénée, facilement dégradable. L'époque du papier recyclé gris-beige est révolue: même en version recyclée, la plupart des papiers d'usage courant sont parfaitement blancs (y compris le papier de cuisine). Cela dit, si la surface des forêts européennes - et notamment scandinaves - se porte bien, les techniques d'exploitation intensive ne sont pas toujours respectueuses de l'environnement et l'apport de pâte à papier vierge reste souvent nécessaire. Il faut donc rester économe. Pourquoi, par exemple, jeter du papier à peine griffonné de quelques mots? Utilisez les deux faces, fabriquez des pense-bêtes, du papier à dessiner pour les enfants, etc. Profitez des collectes sélectives ou des parcs à conteneurs/déchetteries pour écouler les vieux papiers. A éviter à tout prix dans les paquets à recycler: les enveloppes à fenêtre, les gadgets promotionnels (CD-ROM, échantillons...), les emballages gras et les étiquettes. Certaines marques de papier de cuisine et de toilette portent l'éco-label européen officiel (voir la photo page ).4/Toutes-boîtes: éviter l'indigestion Apposez sur votre boîte aux lettres l'auto-collant interdisant la distribution de la presse gratuite et de la publicité en papier (20 000 tonnes de déchets par an, rien qu'à Bruxelles!). A Bruxelles (20 000 tonnes par an), les distributeurs de ce genre de courrier sont tenus de respecter l'injonction de l'auto-collant, sous peine d'amende (Info: 02-775 75 75). Le gain ainsi obtenu sera d'environ 2 kilos de papier par mois et par foyer: pas négligeable! A Stavelot, on a mesuré qu'un ménage sans toutes-boîtes économisait 1,2 kilo de papier en une quinzaine de jours. Par ailleurs, la liste "Robinson" permet d'éviter gratuitement l'envoi des mailings automatiques de publicités nominatives (Infos: 0800-918 87). Il reste néanmoins possible de rester affilié à des magasins précis, à la demande.