L'élargissement du pont des Trous, la rénovation et l'agrandissement du Musée des beaux-arts, le réaménagement de nombreux espaces publics... Tournai vit depuis une petite décennie une véritable revitalisation urbaine. Cette dernière concerne aussi les logements, comme en témoigne le nombre important de projets résidentiels ayant émergé ces dernières années.
...

L'élargissement du pont des Trous, la rénovation et l'agrandissement du Musée des beaux-arts, le réaménagement de nombreux espaces publics... Tournai vit depuis une petite décennie une véritable revitalisation urbaine. Cette dernière concerne aussi les logements, comme en témoigne le nombre important de projets résidentiels ayant émergé ces dernières années. Hormis La Corne Saint-Martin qui rassemblera à terme 200 appartements, la plupart des nouvelles constructions dans et autour de la ville ne comptent que quelques dizaines d'entités, mais elles sont aussi bien portées par de petits promoteurs locaux que par des acteurs plus importants. Tous convoitent en effet les terrains disponibles et sites à réaffecter, car Tournai n'est pas dénuée d'avantages en matière d'immobilier. " Jusqu'il y a deux ou trois ans, la ville comptait peu de projets résidentiels neufs, donc le potentiel était assez important ", relève Pieter-Jan Van Poucke, agent immobilier et gérant de l'agence Immo 123. " De plus, Tournai possède de nombreux atouts, comme sa proximité avec les axes routiers et la France. " Le public français joue en effet un rôle clé, essentiellement grâce à son pouvoir d'achat. " Pas mal de frontaliers viennent louer des maisons chez nous car les prix sont bien moins élevés qu'à Lille par exemple ", poursuit-il. " Du coup, les investisseurs n'hésitent pas à placer leur argent non seulement dans des appartements, mais aussi dans des maisons neuves qu'ils mettent ensuite en location. " Tournai attire également une série d'investisseurs flamands en leur offrant un double avantage. D'une part, les biens neufs y sont moins coûteux à l'achat en raison du prix inférieur des terrains (par rapport à Gand, Waregem ou Courtrai par exemple), d'autre part, les loyers applicables sont plus élevés qu'en Flandre. La plus-value s'avère donc particulièrement intéressante... Les investisseurs et étrangers ne sont toutefois pas les seuls à se tourner vers le neuf à Tournai ; les nombreux projets résidentiels proches du centre-ville séduisent aussi beaucoup d'acheteurs et locataires locaux. " Parmi les clients de ces nouvelles constructions, on retrouve beaucoup de quinquagénaires ou sexagénaires qui cherchent la sécurité et la proximité des facilités ", remarque Mathias Morant, gérant de l'agence Relay Immo. " Ils achètent parfois leur appartement neuf quelques années avant de quitter leur maison pour y habiter, et le mettent en location entre-temps. " Limités par leur pouvoir d'achat, les jeunes ménages tournaisiens sont moins nombreux à acheter ce type de bien mais, en revanche, ils n'hésitent pas à y résider en location. " Comme les acheteurs, les locataires qui peuvent se le permettre préfèrent généralement augmenter un peu leur budget pour se payer du neuf, car ils récupèrent le surcoût grâce aux performances énergétiques de ces logements ", explique Mathias Morant. " Et puis, outre le confort, le neuf procure une certaine sérénité quant à l'entretien. C'est pourquoi les investisseurs se tournent vers lui, même s'il est généralement un peu moins rentable que l'existant. " Répondant à une véritable demande des habitants, les différents projets résidentiels tournaisiens affichent pour la plupart de bonnes statistiques commerciales. " Sur vingt maisons prévues à Froyennes, nous en avons vendu neuf sur plans en à peine quatre ou cinq mois ", confie Pieter-Jan Van Poucke. " Parmi ce que nous avons commercialisé, nous avons aussi vendu en deux ans la cinquantaine d'appartements du projet des Jardins d'Allain. Malgré la demande, les prix du neuf restent assez stables et pour qu'un projet se vende bien, il faut qu'il soit affiché au juste prix. " L'attrait pour le neuf à Tournai n'a donc pas fait grimper son prix - qui tourne autour des 2 200 euros du mètre carré -, mais il exerce quand même un impact sur le marché de l'existant. Ce dernier étant moins prisé, il perd en effet en valeur, notamment parce que les acheteurs n'hésitent pas à le mettre en concurrence avec le neuf et à négocier les prix sur la base des travaux à effectuer en matière énergétique. Les notaires de l'arrondissement de Tournai ont ainsi constaté une chute des prix des appartements de 9,1 % en 2016, qui s'ajoute à une diminution de 2,96 % en 2015. D'après eux, l'étroitesse du marché des appartements à Tournai le rend plus sujet à des variations des prix moyens, mais les notaires soulignent aussi que le nombre important de nouveaux projets " accentue probablement cette baisse continue du marché des appartements anciens ". Le prix moyen des maisons accusait également une légère diminution à Tournai en 2016 (-5,5%), et là aussi on peut y voir l'influence du neuf, d'après Pieter-Jan Van Poucke. " Si l'écart de prix entre le neuf et l'existant est faible, les acheteurs préfèrent faire l'effort d'emprunter 25 000 euros de plus pour se payer une nouvelle construction. Du coup, une maison de rangée ancienne qui, auparavant, était affichée à 180 000 ou 190 000 euros, a plutôt tendance à se vendre 150 000 ou 160 000 euros aujourd'hui. " Ces baisses de prix jouent en faveur des ménages aux budgets plus serrés et, malgré elles, l'immobilier tournaisien existant offre toujours un bon rapport locatif. De quoi attirer encore et toujours les investisseurs et acquéreurs dans la ville. PAR MARIE-EVE REBTSL'immobilier tournaisien existant offre toujours un bon rapport locatif