Ils courent partout, en criant, la bouche encore pleine de cake et de grenadine. Quatre bambins adorables, mais fatigants. Des boules d'énergie et de vie. Les plus jeunes, des jumeaux, ont 3 ans. L'aînée en a 5. Et lorsqu'ils sont enfin au lit, les souris dansent. Le rez-de-chaussée qu'habitent Christelle M., 27 ans, et sa joyeuse progéniture en est infesté. On aperçoit des petites crottes dans un placard de la cuisine où les rongeurs ont installé leur cantine. Lorsqu'un délégué du service d'hygièn...

Ils courent partout, en criant, la bouche encore pleine de cake et de grenadine. Quatre bambins adorables, mais fatigants. Des boules d'énergie et de vie. Les plus jeunes, des jumeaux, ont 3 ans. L'aînée en a 5. Et lorsqu'ils sont enfin au lit, les souris dansent. Le rez-de-chaussée qu'habitent Christelle M., 27 ans, et sa joyeuse progéniture en est infesté. On aperçoit des petites crottes dans un placard de la cuisine où les rongeurs ont installé leur cantine. Lorsqu'un délégué du service d'hygiène de la commune de Saint-Gilles est venu visiter les lieux, en mai 2007, il a trouvé six souriceaux qui venaient de naître : c'est inscrit dans son rapport. Depuis lors, rien n'a été fait pour chasser ces rongeurs dévastateurs : ni la commune ni le propriétaire n'ont bougé. Christelle est désespérée. Tant bien que mal, elle colmate les trous dans les plinthes, avec des chiffons et de la colle. Elle voudrait bien quitter son appartement situé près de la Barrière de Saint-Gilles, mais elle est coincée. " Je suis inscrite, depuis trois ans, pour accéder à un logement social, précise-t-elle. Si je déménage, je perds des points et dégringole dans la liste d'attente. " Séparée du père de ses enfants, elle vit seule avec très peu de moyens. Voici un an, elle a commencé une médiation de dettes. " Mon ex-mari et moi devons rembourser environ 20 000 euros de frais d'hôpitaux, de maternité, de factures Sibelgaz, de crédit pour l'achat d'une télévision... J'en ai encore pour huit ans ! "Son loyer, qui s'élève à 610 euros, est directement payé par le médiateur qui gère son budget constitué d'une indemnité de chômage et des allocations familiales. Au final, il lui reste 800 euros pour payer les achats ménagers, l'eau, le chauffage, le lavoir, l'essence de la vieille Opel qu'elle a achetée pour 100 euros, les frais scolaires, sans compter la garderie, si elle décroche un job temporaire. Cette semaine, une société intérimaire l'a envoyée faire le ménage - dix-huit chambres à l'heure ! - dans un hôtel chic de Bruxelles. Christelle est épuisée de tout calculer jusqu'au moindre centime. Elle s'est adressée à Secours et Conseils pour avoir des colis alimentaires et des vêtements pour les enfants. L'ASBL paie aussi temporairement les repas chauds à l'école. La jeune maman ne voit pas le bout du tunnel. Les vacances d'été, elle les a passées chez elle avec ses quatre marmots. Ereintant. Sa mère doit bientôt venir habiter chez elle pendant une semaine. Elle va pouvoir souffler. Un tout petit peu. l