Le jeu se serait donc clarifié en prévision de la période à venir doublement électorale : scrutin communal le 14 octobre 2018 ; élections fédérales, régionales et européennes le 26 mai 2019. Olivier Chastel, président du MR, a confirmé ce que tous les pontes du parti...

Le jeu se serait donc clarifié en prévision de la période à venir doublement électorale : scrutin communal le 14 octobre 2018 ; élections fédérales, régionales et européennes le 26 mai 2019. Olivier Chastel, président du MR, a confirmé ce que tous les pontes du parti avaient exprimé : le MR privilégie une reconduction de la coalition avec la N-VA au fédéral et avec le CDH en Région wallone. Réponse du berger à la bergère : Elio Di Rupo, président du PS, vote pour la " coalition du progrès " PS-Ecolo-DéFI - une façon pour lui de se débarrasser du sparadrap collé par la FGTB sur une future coalition PS-PTB-Ecolo. Tout est-il clarifié ? En réalité, il s'agit surtout d'une volonté du MR et du PS de polariser la campagne électorale, une tendance qui leur servirait. " Pas dupes ", Ecolo, DéFI et PTB ont répondu avec une grande prudence. Deux nuances importantes, en effet. D'une part, l'enjeu de ces élections communales est indubitablement national ( lire Le Vif/L'Express du 30 août), mais aussi local. Et une dynamique MR-PS devrait voir le jour dans plusieurs grandes villes. Ensuite, à en croire les sondages, le morcellement des voix devrait être important lors des échéances de 2019 et... aucune de ces coalitions " préférées " ne pourrait avoir la majorité requise. Reste que, pour les électeurs, oui, cela clarifie le jeu.