C'est sûr, les nouvelles technologies facilitent l'infidélité. Mais elles fournissent aussi de redoutables moyens pour la démasquer. De nos jours, sachez-le, votre soupçonneuse moitié peut se transformer à moindre frais en détective privé digne du défunt tabloïd anglais News of The World. Florilège partiel des possibilités d'espionnage auxquelles on ne pense pas forcément.
...

C'est sûr, les nouvelles technologies facilitent l'infidélité. Mais elles fournissent aussi de redoutables moyens pour la démasquer. De nos jours, sachez-le, votre soupçonneuse moitié peut se transformer à moindre frais en détective privé digne du défunt tabloïd anglais News of The World. Florilège partiel des possibilités d'espionnage auxquelles on ne pense pas forcément. Le téléphone portable. Même protégé par un code PIN, le GSM n'est pas l'ami des amants. Surtout les smartphones. Sur ces appareils reliés au Net, il faut moins de dix minutes pour télécharger et configurer un mouchard discret. Le logiciel espion Copy9, par exemple, permet à la fois de connaître la position géographique du téléphone sur lequel il est installé, mais aussi de lire ses SMS et emails ou de consulter l'historique des appels. Plus vicieux : la personne qui l'a installé peut activer à distance le micro du téléphone et épier les conver- sations qui se tiennent à portée de voix. Le tout pour un abonnement inférieur à 30 euros par mois. Des " spy phones " de ce genre existent pour tous les systèmes d'exploitation mobiles. A noter que les iPhones d'origine (non " jailbreakés ") sont jusqu'ici immunisés. L'ordinateur. Si vous avez des choses à cacher, mieux vaut ne jamais laisser votre session ouverte en votre absence, ne serait-ce que cinq minutes. C'est largement plus qu'il n'en faut à Monsieur ou Madame pour lire vos derniers mails ou, plus vicieux, noter en douce les mots de passe enregistrés dans votre navigateur Internet. Il ou elle aura tout le loisir ensuite de consulter votre boîte mail ou vos messages privés sur Facebook. Vous effacez les messages compromettants à mesure que vous les envoyez ? Saine prudence. Qui ne saurait tromper un " keylogger ", ces petits logiciels invisibles conçus pour enregistrer chaque frappe de clavier. Prix : de gratuit à une trentaine d'euros, selon les options souhaitées. La voiture. Jadis réservés à James Bond, les traceurs GPS sont devenus de la plus grande banalité. Des colliers pour chiens en sont équipés ! Glissé négligemment sous une banquette, un gadget à moins de 100 euros fournira une carte détaillée de vos derniers déplacements. Jeté sous un siège, un GSM à bas prix peut se transformer en véritable micro : il suffit d'activer au préalable la fonction " répondre automatiquement aux appels ". Souriez, vous êtes fliqué. E.R.