Le groupe d'enquête indépendant mandaté par le Conseil de l'Europe pour faire la lumière sur le Caviargate, dossier de lobbying suspect de la part de l'Azerbaïdjan pour influencer des décisions le co...

Le groupe d'enquête indépendant mandaté par le Conseil de l'Europe pour faire la lumière sur le Caviargate, dossier de lobbying suspect de la part de l'Azerbaïdjan pour influencer des décisions le concernant, a conclu dans son rapport remis cette semaine à de forts soupçons de corruption à l'encontre de quatre de ses membres : l'Espagnol Pedro Agramunt (Parti populaire), l'Italien Luca Volontè (Union du centre) et les Allemands Eduard Lintner (CSU) et Karin Strenz (CDU). Les Belges Stef Goris (VLD) et Alain Destexhe (MR, photo) sont disculpés de cette prévention. Mais le rapport pointe tout de même dans le chef du second une suspicion de conflit d'intérêts entre sa fonction de rapporteur de la commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'institution et son implication dans la création de l'asbl Eaeo destinée à envoyer des observateurs lors d'élections, notamment en Azerbaïdjan. Alain Destexhe assure qu'il en avait démissionné avant d'être désigné rapporteur.