Les voisins l'appellent la " maison mystère " ou la " maison code-barres ", c'est selon. En cause : le bardage vertical qui masque le premier étage aux regards des promeneurs.
...

Les voisins l'appellent la " maison mystère " ou la " maison code-barres ", c'est selon. En cause : le bardage vertical qui masque le premier étage aux regards des promeneurs. Pour gagner en volume, l'étage mansardé a été rasé et remplacé. Le rez-de-chaussée existant a donc constitué un socle pour accueillir un volume à toit plat destiné aux zones de nuit. Pour marquer sa différence, le cèdre - non traité - s'est rapidement imposé, créant une façade abstraite et rappelant la palissade du jardin. Le plan du rez-de-chaussée a été fondamentalement revu. Seuls les murs porteurs sont restés en place. Fluide, le nouveau plan permet néanmoins à chaque pièce d'avoir son identité. A l'entrée, un couloir mène vers l'arrière de la maison, où un feu ouvert est positionné exactement dans l'axe. Ce vaste hall distribue perpendiculairement un coin vestiaire et sanitaire, pour aboutir à une spacieuse zone ouverte vers le jardin et comprenant cuisine et salle à manger. Le salon se positionne côté rue, dans un volume défini par le couloir mais uniquement accessible via la salle à manger. La cuisine ouverte est composée d'un mobilier blanc brillant et d'un îlot central dont le plan de travail est en pierre reconstituée. Elle offre une vue sur le jardin et la salle à manger dont elle est séparée par le feu ouvert incrusté dans un écran décalé du mur, derrière lequel se dissimulent un range-bûches et une petite bibliothèque en acier. L'escalier de chêne mène au c£ur de l'étage, grand volume ouvert au sein duquel des cloisons légères ont été insérées pour délimiter et intimiser les zones. Un grand palier polyvalent reçoit le coin télé, la bibliothèque et le bureau. La lumière naturelle y est tamisée : le bardage intimise et empêche les vis-à-vis. La zone des parents se situe côté jardin et comprend un dressing, une chambre et une salle de bains, séparée par une porte coulissante. Le lit a été placé contre la paroi du dressing, habillée en tête de lit. La salle de bains est constituée d'un mobilier blanc surmonté d'une tablette en chêne clair semi-massif, d'une baignoire et d'une douche. Les chambres des enfants sont en façade latérale, tandis que leur salle de bains et la buanderie se trouvent au-dessus du garage. Côté énergie, tout a été isolé ou ré-isolé. Une ventilation mécanique contrôlée a été installée, ainsi qu'un chauffage par le sol et des panneaux solaires thermiques. Architecte : Grondal Architecture. Tél. : 043 61 60 40. www.architectegrondal.be LÉA BIERLIN