Zalando, le géant allemand du commerce en ligne (2 000 marques disponibles dans 15 pays) prévoyait, pour desservir les marchés français et belge, d'implanter un nouveau centre de logistique aux Pays-Bas ou en Belgique. Des négociations ...

Zalando, le géant allemand du commerce en ligne (2 000 marques disponibles dans 15 pays) prévoyait, pour desservir les marchés français et belge, d'implanter un nouveau centre de logistique aux Pays-Bas ou en Belgique. Des négociations avaient été entreprises avec la Région wallonne pour une implantation sur un site à Dour, entre Mons et la frontière française. En définitive, c'est l'option néerlandaise qui a été privilégiée, annonçait L'Echo en début de semaine. En cause, selon le quotidien, le coût général de la main-d'oeuvre en Belgique, la législation jugée trop contraignante sur le travail de nuit et le climat social spécifique à la Wallonie. Le projet prévoyait théoriquement l'embauche de quelque 1 500 salariés. Selon la Fédération du commerce et des services Comeos, la Belgique aurait perdu 2 200 autres emplois potentiels dans l'e-commerce depuis le début de l'année au bénéfice de pays étrangers. Le ministre de l'Agenda numérique Alexander De Croo a jugé que la décision de Zalando devait inciter le gouvernement à modifier certaines législations. Il a particulièrement ciblé la réglementation sur le travail de nuit qui pourrait, selon lui, être assouplie.