[...] "Convaincre l'écureuil de sortir ses euros" (Le Vif/L'Express du 29 octobre dernier). La question qui se pose: comment encourager les Belges à investir leurs 280 milliards d'épargne et dans quels projets? Tout comme l'écureuil, le Belge a besoin d'une alimentation, d'un air et d'...

[...] "Convaincre l'écureuil de sortir ses euros" (Le Vif/L'Express du 29 octobre dernier). La question qui se pose: comment encourager les Belges à investir leurs 280 milliards d'épargne et dans quels projets? Tout comme l'écureuil, le Belge a besoin d'une alimentation, d'un air et d'un environnement sains. L'Union européenne souhaite répondre à cette demande mais ignore comment le faire étant donné qu'elle ne dispose pas d'assez de ressources financières propres. Cependant, depuis 2012, certains députés européens avancent plusieurs pistes de solution, dont la création d'une "banque européenne du climat et de la diversité" [...], à condition de lui apporter suffisamment de moyens pour lui permettre d'allouer des prêts à taux zéro pour tout projet d'investissement favorable à l'environnement [...]. Pour commencer, les fonds propres de cette banque devraient idéalement s'élever à 600 milliards d'euros. Les Belges disposent déjà de 280 milliards. Quel prêteur refuserait de se lancer dans ce projet européen, dont la nécessité ne fait plus débat, s'il bénéficie non pas d'une garantie allouée par un seul Etat membre mais bien meilleure, à savoir celle allouée par l'Union européenne (comprenant les 27 Etats membres) et s'il bénéficie d'un léger taux sur les sommes prêtées? Les Belges ont été précurseurs de l'Europe économique [...]. Pourquoi ne seraient-ils pas également précurseurs d'une Europe environnementale?